Conflit afghan : Américains et talibans reprennent leurs discussions à Doha | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





Conflit afghan : Américains et talibans reprennent leurs discussions à Doha

25 août 2019 à 9 h 07 min

L es Etats-Unis et les talibans afghans ont repris hier leurs discussions à Doha, au Qatar. La rencontre fait partie du processus de négociation à même de trouver sur un accord qui permettrait le retrait des soldats américains d’Afghanistan après 18 ans de conflit.

«Les négociations ont repris cet après-midi», a indiqué sous le couvert de l’anonymat une source américaine proche des discussions, dont le neuvième cycle a débuté jeudi. Les pourparlers entre les Américains et les talibans devaient reprendre vendredi mais «les deux parties ont décidé de les reporter», a indiqué le porte-parole des talibans Suhail Shaheen, faisant état d’«autres engagements». «Nous avons fait (jeudi) des progrès et discutons maintenant du mécanisme de mise en oeuvre (d’un accord) et de certains points techniques», a-t-il soutenu. «L’accord sera conclu lorsque nous nous serons entendus sur ces points», a-t-il ajouté. Il sera présenté aux médias et à des représentants de pays voisins de l’Afghanistan, la Chine, la Russie et des Nations unies, a-t-il poursuivi.

L’accord espéré devrait prévoir le retrait de plus de 13 000 soldats américains d’Afghanistan selon un calendrier. Il s’agit de la principale revendication des talibans, qui s’engageraient en retour à ce que les territoires qu’ils contrôlent ne puissent plus être utilisés par des organisations «terroristes». Un cessez-le-feu entre insurgés et Américains, ou à tout le moins une «réduction de la violence», devrait aussi figurer dans le texte.

Washington espère conclure un accord de paix avec les talibans d’ici le 1er septembre, avant les élections afghanes prévues le même mois et la présidentielle américaine en 2020.

Par ailleurs, les talibans ont affirmé hier avoir tué sept membres de l’armée américaine lors d’une attaque contre un convoi près de la base aérienne de Bagram, au nord de Kaboul. Le porte-parole des forces américaines en Afghanistan. le colonel Sonny Leggett, a indiqué pour sa part que des commerces ont été endommagés par l’attaque mais a démenti qu’il y ait eu des victimes parmi les soldats américains ou de la coalition. «Plutôt que de prendre leurs responsabilités et de s’excuser pour le mal qu’ils font aux Afghans innocents et à leurs commerces, les talibans diffusent des mensonges à propos de l’attaque», a-t-il déclaré. Deux soldats américains ont été tués mercredi par des tirs d’armes légères dans la province de Faryab (nord), a rapporté le Pentagone.

Embrouillamini

En décembre 1979, les troupes soviétiques envahissent l’Afghanistan pour soutenir le gouvernement de Najibullah. Elles quittent le pays en février 1989. En 1992, Najibullah tombe et une guerre entre factions afghanes éclate. En 1996, les talibans prennent le pouvoir et installent un régime fondé sur une interprétation rigoriste de la loi islamique.

En mai 1997, le Pakistan, l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis reconnaissent le gouvernement des talibans.

Sanctionné par l’Organisation des Nations unies (ONU), ce gouvernement se rapproche d’Al Qaîda et accueille son chef, Oussama Ben Laden. Après les attentats du 11 Septembre 2001 à New York, les Etats-Unis et leurs alliés de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) interviennent militairement en Afghanistan, évincent les talibans du pouvoir et y installent Hamid Karzaï. En octobre 2004 est tenue la première élection présidentielle, remportée par ce dernier. Suivent, l’année d’après, les élections législatives et provinciales.

En 2009, l’élection présidentielle est marquée par la victoire contestée du président Karzaï dans un contexte de fraude massive et de faible participation : 30 à 33%, selon l’ONU. En septembre 2014, un accord de sécurité est signé à Kaboul par l’ambassadeur des Etats-Unis, James Cunningham, et Hanif Atmar du Conseil afghan à la sécurité nationale. Le président Hamid Karzaï a refusé pour sa part de signer le document. Document qui porte sur la nouvelle mission «Soutien résolu», qui lui assurera l’entraînement et l’appui des forces afghanes qui combattent les insurgés talibans. Cette force remplace les troupes de l’OTAN – à savoir l’International Security Assistance Force (ISAF) – qui ont quitté fin 2014 le pays.

Le président afghan, Ashraf Ghani, a annoncé fin novembre dernier la constitution d’une «équipe de négociation» et qu’une «feuille de route pour les négociations de paix» a été établie. Les talibans ont rétorqué vouloir négocier «avec les envahisseurs américains» et non avec l’Exécutif de Kaboul, qualifié d’«entité impuissante imposée de l’étranger».

A l’été 2018, Washington et des représentants des talibans engageaient discrètement des discussions directes à Doha, où ces derniers disposent d’un bureau politique. En décembre, le président américain Donald Trump a annoncé son intention de retirer la moitié des 14 000 soldats américains déployés en Afghanistan.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!