Brexit : Le Parlement britannique va être suspendu | El Watan
toggle menu
vendredi, 22 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191121

  • Massage Tunisie


Brexit : Le Parlement britannique va être suspendu

10 septembre 2019 à 8 h 57 min

Boris Johnson s’est exposé à une nouvelle défaite hier soir avec le rejet probable par les députés britanniques d’élections législatives anticipées, dans une crise politique qui s’est encore aggravée avec l’annonce surprise de la démission prochaine du président de la Chambre des communes, John Bercow.

Cette nouvelle épreuve de force intervient après une série de camouflets infligés par les députés au Premier ministre conservateur. A l’issue du vote en fin de soirée, le Parlement va être suspendu jusqu’au 14 octobre, deux semaines avant la date prévue pour le Brexit, que les députés votent ou non en faveur d’élections anticipées, selon un porte-parole du 10, Downing Street.

Quelle que soit l’issue de ce vote, le président de la Chambre des communes, John Bercow, a annoncé – à la surprise générale – qu’il ne se représenterait pas, après dix années dans son fauteuil de «speaker». Accusé ces derniers mois par les partisans d’un Brexit dur d’avoir outrepassé les règlements parlementaires à leur détriment, il a, les yeux embués, salué le sens de «l’intérêt national» des membres de la Chambre. «On dégrade le Parlement à notre propre péril», a-t-il averti. La suspension du Parlement pour cinq semaines, dénoncée par M. Bercow comme un «scandale constitutionnel», avait suscité une vague d’indignation au Royaume-Uni au moment de son annonce, fin août, par Boris Johnson, accusé de manœuvrer pour précipiter le Royaume-Uni vers un divorce sans accord avec l’Union européenne. Le Premier ministre, arrivé au pouvoir fin juillet, l’avait, quant à lui, expliquée par la nécessité de préparer puis de présenter un nouveau programme de politique nationale.

Il semble très peu probable que le gouvernement recueille la majorité des deux tiers nécessaire à la convocation d’un scrutin, qu’il souhaite organiser le 15 octobre, l’opposition ne voulant pas courir le risque de lui redonner la main avant le Brexit, actuellement prévu pour le 31 octobre. L’opposition craint que Boris Johnson ne fasse fi de la loi votée, la semaine dernière avec le soutien de députés conservateurs rebelles, qui l’oblige à solliciter auprès de Bruxelles un report de trois mois de la sortie de l’UE, s’il n’obtient pas d’accord d’ici le 19 octobre, juste après un sommet européen. Après l’assentiment de la reine Elizabeth II, ce texte de loi visant à éviter un «no deal» est entré en vigueur hier.

«Divergences significatives»

Boris Johnson a assuré hier vouloir un accord, mais Bruxelles et Londres ne parviennent pas à s’entendre sur la manière de maintenir ouverte la frontière en Irlande après le Brexit. «Un terrain d’entente a été trouvé dans certains domaines mais des divergences significatives demeurent», selon un communiqué commun publié à l’issue d’une rencontre sans avancée majeure entre MM. Johnson et Varadkar à Dublin.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!