Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) : Le Secrétariat permanent officiellement installé au Ghana | El Watan
toggle menu
jeudi, 24 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) : Le Secrétariat permanent officiellement installé au Ghana

24 août 2020 à 9 h 05 min

Le Secrétariat permanent de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) a été inauguré au Ghana, en présence du président du Ghana, Nana Akufo-Addo, et le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat. La cérémonie a été l’occasion de mettre en avant l’importance de l’intégration économique de l’Afrique qui pourrait ainsi s’affranchir de l’aide internationale.

La Zlecaf, qui représente la plus grande zone de libre-échange du monde, est susceptible de transformer le continent grâce à son marché potentiel de 1,2 milliard de personnes et son PIB combiné d’environ 3000 milliards de dollars américains pour les 54 Etats membres de l’UA.

Selon un communiqué répercuté par la Banque aricaine de développement (BAD), le Ghana a été choisi en juillet 2019 par les dirigeants africains pour abriter le siège de l’organisme, lors d’un sommet des chefs d’Etat de l’UA tenu à Niamey au Niger, où avait été donné le coup d’envoi à la mise en œuvre de l’accord de libre-échange qui devrait stimuler les échanges commerciaux régionaux entre les pays membres. Les 54 Etats africains sont signataires de la Zlecaf, tandis que 28 d’entre eux l’ont ratifiée.

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, a appelé l’ensemble des Etats membres à ratifier l’accord avant le prochain sommet de l’UA prévu en décembre 2020 «afin d’ouvrir la voie à un démarrage progressif des échanges commerciaux à partir du 1er janvier 2021».
«La pandémie de Covid-19 ne fait qu’accroître l’importance du succès que doit connaître la Zlecaf, a-t-il déclaré.

Le bouleversement des chaînes d’approvisionnement internationales met en lumière la nécessité d’une intégration plus étroite entre nous afin que nous puissions renforcer notre autosuffisance commune, améliorer nos économies et réduire notre dépendance vis-à-vis des sources extérieures.»

Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a déclaré que l’ouverture du Secrétariat permanent marquait une étape importante dans la matérialisation de la vision de l’intégration continentale africaine promue par ses pères fondateurs.

Selon Wamkele Mene, premier secrétaire général de la Zlecaf, l’accord offre à l’Afrique l’occasion de s’attaquer aux plus grands défis actuels en matière d’échanges commerciaux et de développement économique : la fragmentation du marché, la présence d’économies nationales de petite taille, la dépendance excessive à l’égard des exportations de matières premières, un potentiel exportateur trop limité, le manque de spécialisation dans les exportations, des chaînes de valeur régionales sous-développées et des barrières réglementaires et tarifaires encore trop élevées ne favorisent pas les échanges commerciaux.

«Nous devons agir dès maintenant ! Nous devons agir pour démanteler le modèle économique colonial dont nous avons hérité», a insisté Wamkele Mene.

Le groupe de la Banque africaine de développement a accordé une subvention d’appui institutionnel de cinq millions de dollars américains à l’Union africine pour la mise en place du Secrétariat permanent de la Zlecaf..



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!