L’autre impact de la crise de la pandémie Covid-19 : Un rapport de l’OIT alerte sur une forte pression sur les salaires | El Watan
toggle menu
mardi, 25 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



L’autre impact de la crise de la pandémie Covid-19 : Un rapport de l’OIT alerte sur une forte pression sur les salaires

06 décembre 2020 à 10 h 46 min

La pandémie Covid-19 a fortement impacté le tissu économique, notamment les petites et moyennes entreprises dont nombreuses ont fait faillite et des millions de travailleurs ont perdu leur emploi.

Un autre impact négatif de la Covid-19 a été recensé dans un nouveau rapport établi par l’Organisation internationale du travail (OIT), et qui concerne les salaires.

Alors que le fossé était déjà grand avant la crise sanitaire, entre la croissance des salaires et celle de la productivité, l’écart a largement grandi provoquant un déclin des revenus. De nombreuses entreprises ont réduit les salaires des employés du fait du manque d’activité et parfois même ont opéré des mouvements de compression d’effectifs.

«La crise qui frappe l’économie et le marché du travail en raison de la Covid-19 a touché des groupes vulnérables, menaçant ainsi d’aggraver les inégalités et de pousser de nombreuses familles dans la pauvreté», souligne le rapport de l’OIT en notant que le salaire minimum adéquat fixé par les gouvernements peut jouer un rôle important en vue de maintenir un niveau de revenu décent.

«Il est susceptible de protéger les travailleurs contre une baisse en spirale de leurs revenus à des niveaux beaucoup trop faibles, de freiner un accroissement encore plus fort de la pauvreté et des inégalités et de contribuer à la stabilité économique et à la relance».

Avant la crise, le nombre de travailleurs touchant une rémunération correspondant au salaire minimum en vigueur dans leur pays ou bien inférieure à ce salaire était de 330 millions, soit 20% des salariés au niveau mondial.

Depuis la crise, ce chiffre pourrait avoir augmenté et le «on ne pourra vraiment se rendre compte du véritable impact sur le salaire moyen en 2020 que lorsque les instituts nationaux de statistiques publieront leurs nouvelles estimations dans le courant de l’année ou même plus tard».

Mouvement superficiel

Selon l’OIT, le premiers chiffres montrent que dans certains pays, par exemple aux Etats-Unis, les revenus moyens ont fait un bond au niveau des statistiques, mais il s’agissait d’un mouvement largement superficiel reflétant les pertes en emplois moins biens rémunérés au sein de l’économie.

«Lorsque les travailleurs à bas revenu se retrouvent au chômage, le salaire moyen reflète alors les salaires des travailleurs au niveau de revenus plus élevés qui gardent leur emploi», note le rapport. Dans d’autres pays, les subventions publiques ont permis de sauver des emplois et donc de garder stables les salaires.

Le salaire minimum existe dans 90% des pays membres de l’OIT, mais 29 pays excluent les travailleurs agricoles ou domestiques de la réglementation du salaire minimum, ce qui expose ces catégories sociales à subir plus gravement la crise. «L’économie informelle compte deux milliards de travailleurs dans le monde, y compris 724 millions de travailleurs salariés et de personnel temporaire, beaucoup d’entre eux étant payés moins que le salaire minimum.

Il faut donc adjoindre à ce dernier des mesures visant à accroître la productivité et à faire passer les travailleurs informels au sein de l’économie formelle», plaide l’OIT.

De même que la fixation d’un salaire minimum à un niveau adéquat prenant en compte les besoins des travailleurs et de leurs familles ainsi que les facteurs économiques, et ce, afin de réduire la pauvreté et les inégalités. Durant l’année en cours, le gouvernement algérien avait pris la décision de supprimer l’IRG des salaires inférieurs à 30 000 DA en sus d’augmenter de seulement 2000 DA le SNMG qui est passé de 18 000 DA à 20 000 DA.

Des mesures qui ont été critiquées par les syndicats qui les ont qualifiées de faibles, car ne suffisant pas à répondre aux besoins des travailleurs faiblement rémunérés. Le parallèle entre la croissance annuelle du salaire minimum réel et celle de la productivité du travail entre 2019/2020 montre qu’en Algérie les salaires sont loin de correspondre à l’effort des travailleurs.

Dans un classement établi par l’OIT, l’Algérie qui arrive en bas du classement en Afrique applique une croissance négative de -2,6% du salaire minimum contre une croissance annuelle de la productivité estimée à 0,6%.

Selon l’OIT, le salaire minimum doit faire l’objet d’un ajustement de manière régulière. «Dans les dix ans qui ont précédé la crise, seuls environ 70% des pays pour lesquels nous disposons de données ont procédé à une augmentation de la valeur réelle de leur salaire minimum», indique encore le même rapport en avertissant que dans un avenir proche, les conséquences de la crise Covid sur l’économie et sur l’emploi devraient imposer une forte pression à la baisse sur les salaires, d’où l’obligation de renforcer le dialogue social sur les salaires.

«Procéder à des ajustements bien équilibrés passera par la sauvegarde des emplois et, en même temps, par la protection des revenus des travailleurs et de leurs familles afin de soutenir la demande et d’éviter de se retrouver dans une situation de déflation… Le dialogue social peut contribuer à s’assurer que chacun reçoive sa juste part des fruits du progrès…», conseille l’OIT. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!