Un pas supplémentaire pour faire bloc face à la production offensive américaine : L’OPEP et ses alliés adoptent une charte de coopération permanente | El Watan
toggle menu
dimanche, 25 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190825


  • Pub Alliance Assurance



Un pas supplémentaire pour faire bloc face à la production offensive américaine : L’OPEP et ses alliés adoptent une charte de coopération permanente

03 juillet 2019 à 8 h 41 min

L’OPEP et ses dix alliés entrent dans une nouvelle phase de leur alliance pour faire face aux turbulences liées au marché et à l’offensive de l’hyperproduction américaine.

La réunion de Vienne s’est soldée, hier, par l’adoption d’une charte consacrant une alliance qui était informelle depuis 2016 jusqu’à aujourd’hui. Cette charte donne un cadre ou un mécanisme à l’alliance entre les 14 membres de l’OPEP et les dix partenaires non OPEP pour une coopération permanente. Une annonce qui intervient au lendemain de l’adoption à l’unanimité de la décision de reconduire l’accord de limitation de l’offre de pétrole pour une durée de neuf mois, c’est-à-dire jusqu’à mars 2020.

La présentation de la charte au vote à main levée a récolté l’adhésion de tous les présents qui y voient un appui à l’œuvre de stabilisation des cours et pour faire bloc contre la surabondance de l’offre américaine. C’est une «OPEP élargie» qui vient de naître, commentent les analystes. «L’OPEP seule, c’est moins de 30% de la production mondiale.

L’influence de la Russie, grand exportateur, est la bienvenue», estime Khalid El Falih, ministre saoudien de l’Energie, qui a qualifié de «document historique» ladite charte devant endiguer la marginalisation de l’organisation de l’OPEP. La Russie est d’ailleurs le plus grand producteur de pétrole après les Etats-Unis et juste devant l’Arabie Saoudite. «Les discussions ont été houleuses parmi les membres de l’organisation, mais les 14 membres ont finalement approuvé, après plusieurs heures de pourparlers, ce document historique», indique le même responsable.

Et de souligner : «Cette charte permettra d’avoir une structure pour des rencontres fréquentes, réunions techniques, sommets…, afin de coordonner plus étroitement les niveaux de la production commune et peser sur les prix.» Khalid El Falih a expliqué que «la volatilité des cours ne disparaîtra pas de sitôt. Et pour intervenir efficacement sur l’offre, il faut un cadre institutionnel intégrant l’influence d’autres pays producteurs que les seuls membres de l’OPEP».

Même l’Iran, qui s’était opposé au début à toute idée de coopération permanente et systématique entre l’OPEP et la Russie, après avoir constaté l’ascendant grandissant de Moscou sur les décisions de l’organisation pétrolière, a fini par approuver la proposition de charte en maintenant certaines réserves. «Certaines modifications ont été faites.

Nous avons insisté sur le fait que l’OPEP telle qu’elle est subsistera, que cette charte n’aura pas d’impact sur l’OPEP et ses prises de décision», a justifié Bijan Namdar Zanganeh, ministre iranien de l’Energie. Le ministre russe, Alexandre Novak, a tenu à préciser, pour sa part, que la charte adoptée par l’OPEP+ est «une plateforme nous donnant l’occasion de rencontres régulières pour surveiller le marché, mais également pour réagir si nécessaire, en coordonnant plus étroitement la production des Etats membres». Novak estime qu’il s’agit là «d’une base solide pour un avenir de coopération à long terme». Les données présentes sur le marché diffèrent de celles qui ont prévalu à la naissance de l’OPEP.

L’organisation se devait donc de s’adapter et d’adapter ses mécanismes à la situation actuelle du marché dans lequel les Etats-Unis (avec 17,04 millions de barils/jour) se présentent comme le premier producteur de pétrole, suivis de la Russie. L’adoption de la charte et l’élargissement de l’organisation à d’autres membres s’est avéré être la solution idoine pour contrer la volatilité des prix et l’instabilité du marché.

Outre les dix pays producteurs impliqués avec les pays de l’OPEP dans l’accord de limitation de l’offre de pétrole depuis la fin 2016, la charte adoptée hier permettra d’ouvrir l’adhésion à d’autres pays producteurs. «Nous sommes persuadés qu’elle comptera bientôt de nouveaux membres, peut-être même dès la date de notre prochaine réunion en décembre», assure le secrétaire général de l’OPEP, le Nigérian Mohammed Barkindo.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!