Total n’achètera pas les actifs pétroliers d’Anadarko : L’Algérie a réussi à faire valoir son droit de préemption | El Watan
toggle menu
lundi, 13 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan13072020




Total n’achètera pas les actifs pétroliers d’Anadarko : L’Algérie a réussi à faire valoir son droit de préemption

07 mai 2020 à 9 h 35 min

Le groupe français Total ne pourra pas racheter les actifs d’Anadarko en Algérie. Le groupe Sonatrach a en effet réussi à faire valoir son droit de préemption sur les intérêts détenus par Anadarko en Algérie, en annulant la cession des actifs algériens au profit du groupe français.

Il s’agit du rachat des blocs 404a et 208 et une participation de 24,5% dans le bassin de Berkine (champs de Hassi Berkine, Ourhoud et El Merk) dans lesquels Total détient déjà 12,25%.

C’est le PDG du groupe total qui a annoncé l’échec de la transaction projetée en Algérie, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, selon ce que rapporte l’agence Reuters. «Occidental nous a officiellement dit que nous ne pourrions pas acquérir les actifs en Algérie», a déclaré Patrick Pouyanné, dans le sillage de la publication, mardi, des résultats trimestriels du groupe français.

L’opposition des autorités algériennes à la transaction avait été mise de l’avant dès l’annonce de l’opération de fusion/acquisition, qui a été opérée, en 2019, entre les compagnies pétrolières américaines Anadarko et Occidental.

Celle-ci a décidé dans la foulée de céder l’ensemble de ses intérêts, nouvellement acquis en Afrique, au profit de Total, dans le cadre d’un accord de 8,8 milliards de dollars. Un accord portant sur plusieurs projets en Afrique dont des actifs d’Anadarko en Algérie représentent environ 260 000 barils par jour (bpj).

Le ministère de l’Energie avait fait valoir alors l’incompatibilité de la transaction avec la réglementation en vigueur pour motiver le refus de la transaction initiée entre Anadarko et Total sur les actifs algériens.

Dans communiqué rendu public il y a quelques mois, Mohamed Arkab expliquait qu’«Anadarko, partenaire de Sonatrach sur le périmètre de Berkine, a sollicité, conformément à la loi sur les hydrocarbures, l’approbation du ministre de l’Energie, pour le changement de contrôle d’Anadarko Algérie au profit de la compagnie Occidental». Une procédure qui a permis à l’Algérie de faire valoir ses droits.

Il est à rappeler que le rachat d’actifs pétrole et gaz appartenant à la société Anadarko Petroleum par Occidental Petroleum Corp (OXY) a été entériné le 8 août 2019, ce qui ouvrait la voie au rachat par Total des actifs d’Anadarko en Algérie et dans plusieurs pays africains.

L’opération inclut l’acquisition des actifs du groupe pétrolier américain Anadarko en Algérie, au Ghana, au Mozambique et en Afrique du Sud. Dans un communiqué, Total avait alors mis en avant «l’opportunité d’acquérir un portefeuille d’actifs de classe mondiale en Afrique», lui permettant de «renforcer sa position de leader parmi les sociétés privées internationales sur le continent».

S’il a pu valider, dès le mois d’octobre dernier, la transaction au Mozambique – acquisition de 26,5% de parts dans le projet mozambicain de liquéfaction de gaz naturel, Mozambique LNG, pour 3,9 milliards de dollars – Total se heurte aujourd’hui au refus des autorités algériennes et voit ses projets en Algérie contrariés



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!