Sur la question des migrants, les services publics sont en première ligne | El Watan
toggle menu
mardi, 20 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190820



  • Pub Alliance Assurance


Contribution

Sur la question des migrants, les services publics sont en première ligne

10 décembre 2018 à 10 h 00 min

Il s’appelle George. Tous les matins, cet employé de l’Agence des eaux du Nord-Liban se réveille avec une obsession, fournir de l’eau potable à toutes les familles du village de Wadi Khaled. Un défi gigantesque, car la population du bourg a doublé depuis 2011, avec l’arrivée de dizaines de milliers de Syriens fuyant les bombardements.

Même avant la guerre, rares étaient les ménages qui avaient accès à l’eau courante. Depuis, le nombre de réfugiés a dépassé celui des citoyens libanais, exacerbant les tensions dans cette région défavorisée.

Elle s’appelle Moradeke, mais tout le monde l’appelle Abi. Enfant, elle rêvait déjà d’être infirmière pour sauver des vies. Depuis 2009, cette vocation a plus de sens que jamais, dans un Nigeria où des millions de personnes sont contraintes à l’exil, terrorisées par la secte islamiste Boko Haram.

Depuis, elles s’entassent dans des camps de fortune, ravagées par la malnutrition et le choléra. Des infirmières travaillent jour et nuit dans ce contexte de crise humanitaire, souvent au péril de leur vie : Boko Haram en a kidnappé et tué des dizaines.

Elle s’appelle Luciana, elle est directrice d’école à Talisman, à la frontière entre le Mexique et le Guatemala. Avec une petite équipe, la jeune femme a décidé de tendre la main aux milliers d’enfants venus, parfois seuls du Guatemala, du Honduras ou du Salvador. Ils fuient la misère et la violence des gangs, elle leur propose d’intégrer une école plurinationale et de se mêler aux enfants du Chiapas.

George, Moradeke, Luciana…. Comme eux, une légion de héros inconnus fait face chaque jour à la réalité des mouvements migratoires. On n’y pense guère, mais ce sont les employés des services publics qui sont en première ligne pour prendre en charge les migrants, les demandeurs d’asile et les réfugiés.

Ils s’occupent de la distribution d’eau et de nourriture, de l’assainissement, des soins de santé, du logement, de l’éducation, de l’assistance sociale. Ce sont également eux, pompiers et sauveteurs, qui interviennent dans les situations d’urgence, les catastrophes et la reconstruction.

Les déplacements forcés de populations constituent aujourd’hui un phénomène mondial qui ne peut plus être traité comme une crise ponctuelle. L’instabilité politique, la violence, la pauvreté et les changements climatiques sont à l’origine des plus importants mouvements migratoires jamais enregistrés.

Environ 258 millions de personnes -une personne sur 30- vivaient hors de leur pays de naissance en 2017. Nombre d’entre elles ont perdu la vie au cours de trajets de plus en plus dangereux. Ce fut le cas de 30 000 personnes au cours des 5 dernières années, selon le projet «Migrants disparus» de l’Organisation internationale pour les migrations.

Le changement climatique rend les perspectives plus sombres encore. Selon un récent rapport de la Banque mondiale, plus de 140 millions de personnes issues de trois régions du monde en développement risquent de migrer à l’intérieur de leur pays d’origine d’ici à 2050, venant grossir la population des bidonvilles déjà bondés.

Du pain bénit pour les leaders politiques d’extrême droite, qui présentent l’étranger comme la source de tous les maux. Ces candidats nationalistes et populistes, dont les campagnes reposent sur une propagande raciste et xénophobe, sont de plus en plus nombreux à arriver au pouvoir, dans les pays développés et en développement.

Ce n’est pas un hasard si plus d’une dizaine de pays ont déjà rejeté le «pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières», plus communément appelé «pacte de Marrakech», qui doit être validé par les chefs d’Etat et de gouvernement au Maroc les 10 et 11 décembre.

L’hostilité des citoyens ordinaires à l’égard des migrants est d’autant plus vive qu’ils ont le sentiment de devoir partager des ressources de plus en plus maigres. Les nouveaux arrivants ne sont pas seulement des délinquants en puissance, ce sont également ceux qui accaparent les emplois de qualité et qui font plonger le niveau de l’école publique, assurent les politiques d’extrême-droite.

A cause d’eux, les loyers grimpent et la file d’attente à l’hôpital s’allonge. Dans les zones les plus pauvres, ils sont perçus comme responsables des rationnements, notamment de l’eau. Demandez à George, au Liban, il a beaucoup à dire à ce sujet.

Ce discours xénophobe détourne l’attention des véritables raisons du déclin de la qualité de l’éducation, des soins de santé, des transports ou de l’assainissement. En réalité, cette baisse est d’abord la conséquence des politiques d’austérité, la plupart des gouvernements s’attaquant à leurs propres services publics, en réduisant leurs budgets ou en les privatisant.

Les migrants n’en sont en rien responsables. Sans compter les entreprises privées qui exploitent aujourd’hui ce qui est présenté comme une «crise des migrants». Puisque les services publics de plus en plus démunis peinent à répondre aux besoins, on délègue ces derniers au secteur privé.

Dans toute l’Union européenne, les gouvernements font appel à des entreprises pour gérer la détention, la surveillance et le traitement quotidien des réfugiés. Et il n’y a aucune incitation financière les poussant à fournir des services décents dans les abris, soins de santé, nourriture, éducation ou même accès à l’eau chaude.

A l’Internationale des services publics, une fédération syndicale internationale, nous sommes convaincus que, dans une société démocratique, l’accès au travail, à l’éducation, à la santé, à une retraite digne, à des infrastructures de qualité, à la mobilité des personnes, à l’égalité entre les femmes et les hommes, à la culture, le tout dans le respect de l’environnement, ne sont pas seulement des services, mais des droits.

Comme George, Moradeke, Luciana et bien d’autres le montrent chaque jour, les employés des services publics et leurs syndicats ont un rôle crucial dans la gestion des mouvements migratoires à l’échelle mondiale. Grâce à leur travail, ils luttent contre les inégalités et contribuent à construire des sociétés résilientes et inclusives.

Comprendre l’importance des services publics et les financer à la hauteur des besoins est le seul moyen de ne pas laisser les entreprises cupides profiter de la misère sous toutes ses formes. C’est aussi la meilleure réponse à ceux qui propagent la peur, le mensonge et la haine. Les services publics sont le fondement de la solidarité. Ce sont des droits de l’homme.

 

Geneviève Gencianos ,  Coordinatrice du programme de migrations à l’Internationale des services publics (ISP)


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!