L’OPEP+ atténue les baisses de production en août : Quel impact sur les prix du pétrole ? | El Watan
toggle menu
lundi, 21 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





L’OPEP+ atténue les baisses de production en août : Quel impact sur les prix du pétrole ?

04 août 2020 à 9 h 34 min

En vertu de l’accord en vigueur, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés augmenteront leur offre progressivement, durant les prochaines semaines, ce qui risque à tout moment de faire chuter la courbe de cotation, le marché étant encore fragile.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés, menés par la Russie, pomperont environ 1,5 million de barils par jour de plus ce mois-ci par rapport aux quotas appliqués en juillet.

La mesure prévue par les accords de l’OPEP est appliquée alors que la crise sanitaire continue à enrouer la machine économique mondiale, et que la surabondance de pétrole risque de perdurer durant de longs mois encore, selon des analystes.

Hier, premier jour des allégements appliqués par l’OPEP, les prix du pétrole ont enregistré une légère baisse en début de cotation.

En vertu de l’accord en vigueur, l’OPEP et ses alliés augmenteront leur offre progressivement, durant les prochaines semaines, ce qui risque à tout moment de faire chuter la courbe de cotation, le marché étant encore fragile et les perspectives de reprise économiques plutôt embuées pour le moment.

Les cours du pétrole sont demeurés stables ces dernières semaines, mais ont cependant peu progressé.

Les deux valeurs cotées sur le marché mondial sont toujours coincées, aux alentours de 40 dollars. La pandémie de coronavirus continue de susciter des inquiétudes quant à un nouvel impact sur la demande et entrave les efforts de l’OPEP et de ses alliés qui tentent de remédier à la surabondance.

«Alors que l’OPEP+ commence à augmenter sa production, les perspectives économiques sont encore incertaines et largement liées à l’évolution du virus Covid-19», a déclaré Harry Tchilinguirian, responsable de la stratégie des marchés des matières premières chez BNP Paris SA.

«Des inquiétudes semblent se développer quant au fait qu’une augmentation de la production de l’OPEP+ coïncidera avec une reprise inégale de la demande de pétrole», ajoute le même responsable cité par Bloomberg.

Les cours du brut sont orientés à la baisse en ce début de mois, «car les inquiétudes d’une offre excédentaire demeurent», a expliqué Avtar Sandu, de Phillip Futures, cité par l’AFP.

Pour l’analyste, les conditions d’un tel déséquilibre sont réunies : d’un côté «une baisse des coupes de l’OPEP+», de l’autre «la marche inexorable de la pandémie» aux États-Unis, qui agite la menace de nouveaux confinements et d’un coup d’arrêt à la reprise économique, et par ricochet celle d’or noir.

Sur l’ensemble du mois de juillet, le Brent ou brut de mer du Nord, coté sur l’InterContinentalExchange (ICE), a toutefois pris un peu plus de 5% et le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, coté sur le New York Mercantile Exchange, est monté de 2,5%.

L’augmentation de l’offre survient, alors que les cas de virus se sont accélérés en Californie, un verrouillage est réimposé à Manille et la deuxième plus grande ville d’Australie a institué un couvre-feu pour enrayer la propagation.

Aux Etats-Unis, Marathon Petroleum Corp, le plus grand raffineur de pétrole indépendant américain, a déclaré qu’il ne redémarrerait pas deux raffineries en Californie et au Nouveau-Mexique, car il est peu probable que la demande de carburants atteigne des niveaux pré-pandémiques cette année.

Pendant ce temps, les tensions entre Washington et Pékin continuent, ce qui ajoute aux incertitudes au sujet de la reprise mondiale.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!