toggle menu
mardi, 19 février, 2019
  • thumbnail of elwatan09072018

Prix du pétrole : «Le marché tend vers l’équilibre»

12 février 2019 à 10 h 15 min

Le ministre de l’Energie des Emirats arabes unis, Suheil Al Mazrouei, mise sur un équilibre du marché pétrolier au premier trimestre 2019, soulignant que l’OPEP et ses alliés avaient fait preuve d’un haut degré de conformité le mois dernier, dans le cadre de l’accord conclu à Vienne sur les réductions de production.

Intervenant lors du Government Summit de Dubaï, le ministre émirati a déclaré : «Je m’attends à ce que l’équilibre soit atteint au cours du premier trimestre, à moins que quelque chose se produise.» Et d’ajouter : «Je reste optimiste quant aux mesures que nous avons prises au sein et en dehors de l’OPEP. Nous retirons suffisamment de pétrole pour corriger le marché.»

Selon les chiffres provisoires de janvier, la plupart des 25 pays exportateurs (OPEP et non-OpeP) liés par l’accord respectent les réductions visant à retirer à 1,2 million de barils par jour pour soutenir les prix, a assuré le ministre émirati. Les cours sont passés, depuis début janvier, de 50 à un peu plus de 60 dollars le baril. «Nous faisons de notre mieux pour parvenir à un équilibre du marché», a indiqué Al Mazrouei. Pour sa part, le ministre saoudien de l’Energie, Khalid Al Falih, avait prédit, à la mi-janvier, un équilibre du marché «dans quelques semaines». Les cours du pétrole reculaient légèrement hier, en cours d’échanges européens, alors que la production américaine abondante contrebalance les efforts de l’Opep. «Les cours du pétrole cherchent toujours à savoir quelle piste suivre», ont résumé les analystes de JBC Energy cités par l’AFP.

Après une forte hausse début janvier, les prix de l’or noir se sont en effet inscrits dans une fourchette étroite, avec des éléments contradictoires à absorber pour le marché. Du côté de l’offre, la production des Etats-Unis continue de battre des records, et le nombre de puits actifs a encore augmenté la semaine dernière, selon des chiffres publiés vendredi par l’entreprise de services Baker Hughes. Dans ce contexte, l’OPEP s’efforce pour sa part de limiter sa production, comme convenu lors de sa dernière réunion aux côtés de ses partenaires, dont la Russie, en décembre.

Les rapports de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et de l’OPEP à venir devraient confirmer dans quelle mesure les résolutions de baisse de production ont été appliquées en janvier. Les analystes de Morgan Stanley estiment déjà que «l’OPEP a réduit ses exportations par mer de 1,3 million de barils par jour en janvier par rapport au mois précédent». Par ailleurs, deux des membres de l’OPEP, le Venezuela et l’Iran, sont sous le coup de sanctions des Etats-Unis.

«Les sanctions contre l’Iran et le Venezuela vont affecter le marché tout au long de l’année», a prévenu le secrétaire général de l’OPEP, Mohammed Barkindo, lors d’une conférence au Caire, selon l’agence Bloomberg.Hier vers 16h (heure algérienne) le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 61,48 dollars à Londres, en baisse de 62 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, au Nymex (New York Mercantile Exchange), la Bourse spécialisée dans l’énergie, le baril de WTI (la référence américaine) pour le contrat de mars cédait 93 cents à 51,79 dollars une heure après son ouverture.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!