L’impératif de réduire l’exploitation du gaz | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190821
  • Pub Alliance Assurance





Production de l’énergie électrique

L’impératif de réduire l’exploitation du gaz

17 juillet 2019 à 10 h 00 min

Le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, a déclaré, hier à Djelfa, que le renforcement des moyens de production de l’énergie électrique en Algérie vise «la consécration de la stratégie d’accompagnement de la dynamique nationale de développement économique».

En inspectant le projet de la centrale électrique à cycle combinée (gaz et vapeur) de Aïn Ouessara (à 100 km au nord de Djelfa), Mohamed Arkab a souligné que «ce type de projets d’importance», dont il est attendu une réduction de l’ordre de 30% dans l’exploitation du gaz, «va renforcer les ressources énergétiques dans notre pays», parallèlement à la «génération de la richesse et de l’emploi, à travers la promotion de l’investissement économique».

Outre cette centrale de Aïn Ouessara, dotée d’une capacité de production de 1200 mgwt, il a fait part de la réalisation, en cours, au titre de ces mêmes efforts, d’autres centrales similaires, à travers le pays, notamment à Naâma (1200 mgwt), Mostaganem (1400 mgwt), Khenchla (1200 mgwt), Biskra et Jijel. «D’autres programmes pour l’exploitation des énergies renouvelables sont prévus à la réalisation à l’horizon 2028, en vue d’assurer près de 5600 mgwt d’électricité», a, en outre, informé le ministre, signalant leur inscription au titre de la stratégie d’efficience énergétique en Algérie.

«L’Algérie possède, également, des capacités pour développer l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, à travers notamment son exploitation dans les centrales électriques», a-t-il ajouté, et ce, dans l’objectif, a-t-il dit, de «renforcement des ressources énergétiques, dans notre pays, parallèlement à la réduction de l’usage du gaz dans la production d’électricité et sa destination à l’industrie pétrochimique». Un exposé a été présenté, sur place, au ministre sur le projet de la centrale électrique de Aïn Ouessara, doté d’une enveloppe de 93 milliards de dinars.

Mohamed Arkab a insisté, à l’issue de cet exposé, sur l’impératif de livraison de ce «projet stratégique pour le réseau électrique national», dans ses délais, «soit avant l’été 2020», a-t-il souligné. Toujours selon le ministre, le projet devrait générer, dans sa première phase d’exploitation, quelque 795 mgwt d’électricité, au profit des trois stations d’électricité actuellement en réalisation, dans la wilaya. «Mais sa capacité de production sera portée à plus de 1200 mgwt, une fois totalement achevé en 2021», a-t-il fait savoir.

Le ministre n’a pas manqué, en outre, de féliciter les employés et cadres de Sonelgaz pour cette nouvelle réalisation, appelée, selon lui, à «jouer un rôle d’importance dans la garantie de l’énergie électrique dans la wilaya, mais aussi dans l’accompagnement de la promotion de l’investissement au sein de ses zones d’activités de Djelfa et Aïn Ouessara», a-t-il assuré. Selon les informations fournies sur place au ministre, le chantier de la centrale électrique de Aïn Ouessara (actuellement en cours de parachèvement) a généré près de 2000 emplois. Une fois opérationnel, le projet assurera 350 emplois, est-il signalé. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!