Le pétrole en tenaille entre les incertitudes politiques américaines et la Covid-19 | El Watan
toggle menu
mardi, 22 juin, 2021
  • thumbnail of elwatan10062021




Le Brent termine la semaine sous les 40 dollars

Le pétrole en tenaille entre les incertitudes politiques américaines et la Covid-19

08 novembre 2020 à 10 h 43 min

Alors que l’élection américaine, dont l’issue pourrait apporter du nouveau sur le front du pétrole piétine, la pandémie sanitaire continue de peser lourdement sur les prix de l’or noir.

Après quelques heures de répit, le Brent s’est à nouveau replié en fin de cotation vendredi, terminant une semaine très morose, sous le seuil des 40 dollars, alors qu’une pandémie résurgente augmente le risque d’une nouvelle destruction de la demande, et que le marché attend le résultat d’une élection américaine très disputée.

Dans ce contexte, les attentes sont croissantes concernant l’OPEP+, qui doit statuer fin novembre sur la suite à donner à son plan de régulation du marché à partir de janvier 2021.

Les indices donnés par certains membres, dont l’Algérie, sur les éventualités d’une poursuite des restrictions n’ont pas encore donné d’effet notable sur les prix, toujours écrasés sous le poids des répercussions économiques de la Covid-19, même l’OPEP+ et la course électorale américaine ont aidé les prix du brut à bien démarrer la semaine.

Mais une série de nouveaux verrouillages en Europe et un nombre record de cas aux Etats-Unis ont freiné l’élan des prix à la hausse.«L’explosion de la Covid-19 est un grave événement de destruction de la demande» pour le pétrole, a déclaré Bob Yawger, chef de la division des contrats à terme chez Mizuho Securities, dans une note.

«Le pétrole brut semble épuisé et peut être vulnérable.» La nouvelle flambée des cas de coronavirus est une nouvelle menace pour la fragile reprise de la demande pétrolière, les gouvernements repensant les plans de réouverture pour freiner la propagation de la Covid-19.

Pendant ce temps, aux Etats-Unis la décision de Royal Dutch Shell Plc de fermer sa raffinerie Convent dans le sud de la Louisiane alors qu’elle continue de chercher un acheteur s’ajoute à une série de fermetures de raffineries à la suite d’une demande anémique.

«Le sentiment autour du pétrole n’est pas très bon en ce moment», a déclaré Bill O’Grady, vice-président exécutif de Confluence Investment Management à Saint-Louis. «On s’inquiète de l’offre excédentaire et de la sous-demande, et la flambée du nombre des contaminations aux Etats-Unis et en Europe suscite des inquiétudes», a-t-il ajouté, selon Bloomerg.

A la fermeture des places de cotation vendredi, le West Texas Intermediate pour livraison en décembre a chuté de 1,65 dollar pour terminer la séance à 37,14 dollars le baril. L’indice de référence a augmenté de 3,8% sur la semaine.

Le Brent pour le règlement de janvier a perdu 1,48 dollar pour terminer la session à 39,45 dollars le baril. L’indice de référence a gagné 5,3% durant la semaine. 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!