Larges prérogatives au ministère de l’Industrie pharmaceutique | El Watan
toggle menu
vendredi, 30 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Régulation du marché du médicament et activités pharmaceutiques

Larges prérogatives au ministère de l’Industrie pharmaceutique

14 juillet 2020 à 9 h 33 min

La régulation du marché du médicament et l’organisation des activités pharmaceutiques (fabrication, importation, exportation et distribution), dépendant jusque-là du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, seront désormais les missions principales du nouveau ministère de l’Industrie pharmaceutique, créé lors du dernier remaniement ministériel.

Une nouvelle stratégie marquée par l’exigence de la numérisation de toutes les activités liées à la gestion du médicament, dont souffre le secteur depuis des années, a été présentée par le ministre de l’industrie pharmaceutique,  Lotfi Benbahmed, au Conseil des ministres, avec la conviction de donner un nouveau souffle à cette jeune industrie pharmaceutique.

Laquelle stratégie basée sur des objectifs bien définis, entre autres, la mise en place d’«une politique pharmaceutique et industrielle cohérente sur les plans réglementaire et économique en promulguant les textes réglementaires relatifs au fonctionnement de l’Agence nationale des produits pharmaceutiques et aux statuts des établissements pharmaceutiques», nous confie une source proche du dossier, afin de garantir la disponibilité continue des produits pharmaceutiques, notamment en médicaments essentiels, sûrs, efficaces, de qualité et économiquement accessibles.

L‘objectif est aussi de mettre en place une politique incitative en faveur de l’exportation des produits à destination des marchés régionaux, développer et diversifier la production locale pour atteindre les 70% de la couverture des besoins nationaux en produits pharmaceutiques et de «permettre la maîtrise de la facture des produits pharmaceutiques, conformément aux engagements du président de la République», a ajouté notre source.

C’est à l’issue de la présentation de cette feuille de route, qui trace un plan d’urgence et des actions prioritaires à entreprendre, tel que l’enregistrement des médicaments fabriqués localement et à forte valeur ajoutée, la refonte et la redynamisation du comité économique, que Lotfi Benbahmed est désormais instruit par le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, d’«accélérer la mise en production d’une quarantaine de nouvelles unités de production pharmaceutique», selon un communiqué de la présidence de la République.

Le président Tebboune a également donné instruction pour que soient placées, avec effet immédiat, «toutes les unités de production pharmaceutique et parapharmaceutique, y compris Saidal, sous la tutelle du ministère de l’Industrie pharmaceutique», lui permettant, ainsi, d’user de tous les outils et leviers régissant cette industrie afin de réaliser tous ces objectifs fixés.

Il est donc désormais l’interlocuteur direct de plus d’une centaine d’entreprises pharmaceutiques avec en plus les 40 unités qui seront mises en production.

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique est instruit, selon le communiqué, à l’effet d’amorcer rapidement la mise en œuvre du programme arrêté en donnant la priorité à l’entrée en production des unités déjà prêtes et «favoriser ainsi le développement d’une industrie pharmaceutique orientée vers la satisfaction des besoins nationaux, à hauteur de 70% au moins, mais également qui soit capable de dynamiser, à brève échéance, le secteur des exportations», selon la même source.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!