L’annonce a été faite par le ministre du commerce Saïd Djellab : «L’Algérie peut se passer de l’importation de blé» | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





L’annonce a été faite par le ministre du commerce Saïd Djellab : «L’Algérie peut se passer de l’importation de blé»

24 août 2019 à 9 h 18 min

L’Algérie peut ne pas importer de blé cette année. L’annonce a été faite avant-hier par le ministre du Commerce, Saïd Djellab, en visite dans la wilaya d’ El Tarf. Selon lui, il y a «une possibilité cette année de ne pas recourir à l’importation du blé grâce à différentes mesures prises par le gouvernement, notamment celles concernant l’assainissement des minoteries».

«La possibilité de ne pas recourir à l’importation de produits subventionnés existe eu égard aux mesures prises par le gouvernement à l’encontre de certains propriétaires de minoteries fraudeurs qui contournent les lois pour profiter des subventions allouées par l’Etat», a précisé le ministre. «La production abondante de différents types de céréales enregistrée cette année et la valorisation du produit national de blé dur, tendre et d’orge permettra de ne pas recourir à l’importation de blé cette année», a-t-il encore expliqué. Selon des chiffres publiés récemment et repris par El Watan, «l’Algérie a importé pas moins de 4,6 millions de tonnes de blé depuis les ports français à la fin avril dernier. Un niveau record d’importation en hausse de 34% par rapport à la campagne 2017/2018 et représentant trois fois le niveau d’importation enregistré durant l’exercice 2016/2017». D’ailleurs, cette augmentation des volumes importés ne cadre pas avec la volonté affichée par le gouvernement de réduire au maximum la sortie des devises. Elle ne cadre pas non plus avec les statistiques officielles affirmant l’augmentation de la production nationale : «L’Algérie a réalisé une récolte record de 3,9 millions de tonnes sur la campagne 2018/2019, soit une hausse de 61% de la production dont 3,15 millions de tonnes de blé dur.»

Les conditions météorologiques favorables devraient booster la production céréalière en 2019/2020. C’est le Département américain de l’agriculture (USDA), qui prévoit «une récolte céréalière atteignant 5,95 millions de tonnes grâce au bon niveau des précipitations dans la plupart des zones de culture». Selon la même source, «le volume de blé devrait atteindre les 3,95 millions de tonnes, soit 10 000 tonnes de plus que l’année précédente, alors que celui de l’orge progressera de 50 000 à 2 millions de tonnes». L’USDA soutient que les importations de blé et d’orge devraient chuter en 2019/2020 pour atteindre respectivement 8 millions de tonnes et 100 000 tonnes. L’Algérie envisage d’être autosuffisante en blé dur d’ici 2020. C’est le troisième importateur mondial de blé. Le secteur agricole contribue à hauteur de 12% au PIB.

Les déclarations de Saïd Djellab sont faites au moment où la gestion de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) est remise en cause. Le directeur de cet organisme, Mohamed Belabdi, a été d’ailleurs limogé en juillet dernier, en plein scandale des 45 minoteries qui ont été fermées pour «violation de la réglementation en vigueur», à savoir «surfacturation» et «fausses déclarations», selon les termes d’un communiqué publié alors par les services du Premier ministère à l’issue d’une réunion du conseil du gouvernement.

Le dossier de l’importation du blé et la gestion de l’OAIC n’est pas encore ouvert. Mais la gabegie et la fraude qui ont été en cours dans ce secteur annoncent déjà des affaires explosives.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!