La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars | El Watan
toggle menu
dimanche, 23 février, 2020
  • thumbnail of elwatan23022020 2
  • Stream système


En raison d’un repli du marché pétrolier en 2019

La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars

18 janvier 2020 à 10 h 02 min

Le Sahara Blend se classe au sixième rang en termes de valeur de cotation en 2019, après l’angolais Girassol (66,11 dollars/baril), le guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le nigérian, Bonny light (65,63 dollars/baril), le saoudien Arab light (64,96 dollars/baril), et l’émirati Murban (64,72 dollars/baril).

Dans un contexte de repli général des prix sur le marché pétrolier mondial en 2019, la cotation du Sahara Blend, référence algérienne sur le marché londonien, a baissé de près de 7 dollars, selon le dernier rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) répercuté par l’APS.

L’OPEP indique que le cours du brut algérien, s’est établi à 64,49 dollars le baril, en raison du ralentissement de la demande sur les marchés internationaux sous l’effet, notamment, de la guerre commerciale. Elle précise que la moyenne annuelle des prix du brut algérien est passée de 71,44 dollars/baril en 2018 à 64,49 dollars en 2019, soit une baisse de 6,95 dollars/baril (-9,72%).

Le Sahara Blend se classe au sixième rang en termes de valeur de cotation en 2019, après l’angolais Girassol (66,11 dollars/baril), le guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le nigérian, Bonny light (65,63 dollars/baril), le saoudien Arab light (64,96 dollars/baril), et l’émirati Murban (64,72 dollars/baril). Il est à savoir que le prix du brut algérien est établi en fonction des cours du Brent, référence de la mer du Nord, avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques.

Sur le mois de décembre, le prix du pétrole algérien a progressé toutefois de 4,24 dollars pour atteindre 68,10 dollars/baril contre 63,96 dollars en novembre. Cette hausse de 6,6% s’explique notamment par l’optimisme affiché fin 2019, quant aux perspectives des fondamentaux du marché pétrolier, à la suite de l’apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et de la poursuite des efforts de stabilisation du marché menés par l’OPEP et ses alliés. Ces évolutions ont tiré le prix du panier de l’OPEP à la hausse pour atteindre en décembre 66,48 dollars le baril, le prix le plus élevé depuis avril 2019.

S’agissant de la cotation annuelle pour 2019, l’Organisation indique, dans son rapport mensuel, que le prix moyen du panier de l’OPEP a baissé de 5,74 dollars (-8,2%) par rapport à 2018, pour s’établir à 64,04 dollars/baril.

Il s’agit, selon la même source, du niveau le plus bas en trois ans, pour le panier de l’OPEP. «Les prix du pétrole ont subi une pression sur l’année en raison du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, qui a contribué à affaiblir l’économie mondiale et à ralentir la croissance de la demande de pétrole en 2019», est-il noté dans le rapport de l’OPEP. En outre, la croissance rapide de l’offre de pétrole hors OPEP, en particulier de la production de schiste américain, qui a augmenté plus que la croissance de la demande mondiale de pétrole au cours de l’année, a également pesé sur les prix du pétrole, souligne l’organisation.

Le rapport de l’OPEP indique, par ailleurs, que la production de l’Algérie, en 2019, a atteint 1,023 million de barils par jour (mbj), soit une légère baisse de 17 000 barils par rapport à la production moyenne de 2018 (1,040 mbj). Globalement, les pays de l’Organisation ont produit 29,860 mbj en 2019, contre 31,860 mbj en 2018, selon des sources secondaires.

Ainsi, l’OPEP a retiré effectivement du marché 2,004 millions des marchés internationaux, en application de l’accord de baisse signé avec dix producteurs non membres de l’Organisation, à leur tête la Russie. Sur le mois de décembre, l’OPEP a produit 29,444 mb, en baisse de 161 000 barils/jour comparativement à novembre. Concernant ses prévisions pour l’année 2020, l’OPEP a révisé à la hausse la croissance de la demande de pétrole de 0,14 mbj par rapport aux estimations du mois précédent.

La croissance devrait s’établir à 1,22 mbj, reflétant principalement une amélioration des perspectives économiques pour 2020. En conséquence, la demande mondiale totale de pétrole devrait passer de 99,77 mbj en 2019 à 100,98 mbj en 2020, selon le rapport mensuel de l’OPEP.          



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!