Industrie : Ferhat Aït Ali met les points sur les «i» | El Watan
toggle menu
dimanche, 23 février, 2020
  • thumbnail of elwatan23022020 2

  • Stream système

Industrie : Ferhat Aït Ali met les points sur les «i»

13 février 2020 à 10 h 02 min

Le ministère de l’Industrie et des Mines n’a pas vocation à s’ingérer dans la gestion des relations de partenariat entre les opérateurs économiques, a souligné le ministère, dans un communiqué rendu public hier.

«Nous attirons l’attention de l’ensemble des opérateurs économiques activant dans les différents secteurs et filières industriels, ainsi que le public, que le ministère de l’Industrie et des Mines n’a pas vocation à s’ingérer dans la gestion des relations de partenariat entre les opérateurs économiques», précise le département de Ferhat Aït Ali, qui déclare que «de ce fait, le ministère de l’Industrie et des Mines considère une éventuelle ingérence comme un dépassement de ses prérogatives et missions légales».

Le ministère a tenu à souligner, à cet égard, que ses missions, telles que définies dans la loi, s’articulent essentiellement, autour de l’élaboration et l’exécution de la politique industrielle et minière et le suivi de son application dans l’objectif de développer le tissu industriel national.

Le ministre veille, en outre, à prendre des mesures de nature à promouvoir l’investissement productif à travers l’amélioration de l’environnement, de l’investissement et du climat des affaires, à même de garantir une concurrence saine et loyale entre tous les opérateurs, sans distinction de statut juridique et secteur économique.

«A cet effet, le ministère de l’Industrie et des Mines n’a pas à être destinataire de courriers l’impliquant dans des questions qui ne relèvent pas de ses prérogatives, notamment celles liées aux choix et litiges entre les partenaires», a conclu le communiqué.

Le département de Ferhat Aït Ali répond, certes, selon nos sources, à Global Groupe, représentant de KIA, et dont le patron Hassan Arbaoui est condamné par la justice dans le procès de l’automobile et le financement de la campagne électorale de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, mais alerte tous les opérateurs économiques au niveau national et même au-delà que désormais il y a de nouvelles pratiques au ministère de l’Industrie et des Mines.

Le ministère se fixe des lignes rouges qu’il ne dépassera pas. Son communiqué aurait été suscité, selon des sources dignes de foi, par une nouvelle correspondance du représentant de la marque sud-coréenne en Algérie, qui avait déjà fait part d’une première lettre que le ministère avait démenti avoir reçu.               



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!