Impact de la crise sanitaire sur l’emploi : Des centaines d’entreprises ont gelé ou annulé les recrutement | El Watan
toggle menu
mercredi, 19 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Impact de la crise sanitaire sur l’emploi : Des centaines d’entreprises ont gelé ou annulé les recrutement

13 mars 2021 à 10 h 35 min

La crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 a fortement impacté l’emploi. C’est le résultat d’une étude réalisée conjointement par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) et l’entreprise Emploitic, sur les perspectives d’emploi en Algérie durant le premier semestre 2021.

Rendue publique lors d’une conférence animée par le ministre du Commerce, Kamel Rezig, l’étude, qui a été lancée à la fin 2020, a porté sur plus de 700 entreprises participantes. 64% d’entres elles ont déclaré que leurs recrutements ont été impactés par la pandémie de Covid-19, alors que 36% des entreprises ont continué à recruter malgré la crise. «A part les premiers mois de confinement strict, le secteur de l’industrie a mieux résisté, 52% des entreprises sondées ont annulé, gelé ou décalé leurs recrutements», selon l’étude. Les entreprises du secteur du commerce, distribution et le secteur informatique maintiennent leurs recrutements, respectivement à seulement 39% et 33%, alors que plus de 38% des entreprises prévoient une augmentation de leurs effectifs pour 2021, indique la même source citée par l’APS.

La directrice générale de la CACI, Ouahiba Behloul, a souligné, avant-hier lors de la présentation de la l’étude en question, que les conclusions «offrent une large vision sur les prévisions des entreprises en termes de recrutement à travers le territoire national et dans les différents secteurs d’activités pour l’année 2021».

Étude périodique

Annonçant qu’une deuxième étude est en cours de réalisation, la responsable a mis l’accent sur le rapprochement du monde du travail avec l’université et des centres de formation afin de booster l’employabilité et accélérer les recrutements en Algérie.

De son côté, le directeur général d’Emploitic, Louai Djaffer, a fait savoir que le premier volet de cette étude, qui se veut périodique, a été consacré à une rétrospective de l’année 2020. «Le manque de visibilité et l’impossibilité de se projeter ont marqué l’année écoulée et marqueront une partie de l’année en cours», explique-t-il. Louai Djaffer a noté que 26% des entreprises répondantes ayant été impactées par la crise sanitaire ont décalé leurs recrutements, 24% ont, quant à elles, gelé leurs recrutements alors que 14% les ont carrément annulés.

Selon lui, «même si la plupart des secteurs se disent grandement impactés par la crise, trois secteurs d’activités se distinguent par leur volonté de croissance». Le directeur général d’Emploitic a précisé que dans le secteur de l’industrie 45% des entreprises sont en faveur d’une croissance de leurs effectifs, suivi par la distribution avec 40% de sociétés qui prévoient de recruter en 2021 et des services (32%).

Concernant les entreprises les plus touchées par la crise sanitaire, le responsable a indiqué que le secteur des services a été le plus impacté avec 74% des sociétés sondées qui ont «gelé ou annulé» leurs recrutements, suivi du secteur du bâtiment avec 70% et celui de l’industrie avec 52% de gel ou d’annulation de recrutements.

Par contre, le commerce a été le secteur le moins impacté par la crise, a affirmé, pour sa part, le ministre du Commerce, Kamel Rezig. Sur les perspectives d’emploi en Algérie durant le premier semestre 2021, le ministre a souligné que «le secteur du commerce a été le premier secteur créateur d’emplois malgré la crise sanitaire». A cette occasion, Kamel Rezig, qui est revenu sur les priorités de son département, a mis l’accent sur l’importance de rapprocher l’administration des citoyens en leur facilitant les démarches pour qu’ils accèdent facilement à la création de leurs entreprises.

Parmi ces procédures, il a cité la plateforme numérique mise en place pour la création du registre du commerce en ligne dédié aux jeunes entrepreneurs. Plus de 3000 personnes, a-t-il dit, ont obtenu leurs registres du commerce mobile depuis le début mars.

Rappelant que ses services travaillent pour réduire le nombre de documents administratifs à fournir pour la création d’entreprises et faciliter d’avantage l’obtention du registre du commerce, le ministre du Commerce a soutenu que «désormais, il suffit juste d’une carte nationale et d’un contrat de location pour avoir un registre du commerce». Selon lui, le coût du registre commercial électronique est inférieur de 20% à celui du registre classique.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!