Chers, chers les billets d’avion vers l’Algérie | El Watan
toggle menu
samedi, 31 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Chers, chers les billets d’avion vers l’Algérie

23 juillet 2018 à 9 h 23 min

Le problème se pose chaque année. Rallier l’Algérie via la France coûte cher pour nos immigrés qui aspirent à passer les vacances d’été et l’Aïd auprès de leurs familles en Algérie. Les billets d’avions sont en effet loin d’être abordables.

Une situation que le Collectif contre la cherté du transport aérien (CCTA), basé en France et l’association Diaspora des Algériens résidant à l’étranger (Dare) ne cessent de dénoncer depuis des années sans qu’une solution soit proposée pour mettre fin à la galère des Algériens de France.

C’est le cas pour les étudiants, à titre illustratif. «Le billet d’avion est très cher. Ma fille, qui poursuit ses études à Paris, ne peut pas rentrer cet été, alors que moi, je n’ai pas pu avoir un visa pour lui rendre visite», déplore un père de famille.

Pour les familles établies en France, la situation est plus compliquée puisqu’il faudrait débourser jusqu’à 2500 euros pour quatre personnes rien que pour assurer le transport aérien. «A ce rythme, je préfère passer mes vacances ailleurs en Espagne ou en Turquie et rendre visite à ma famille en basse saison. C’est ce que je fais d’ailleurs depuis quatre ans. Je pars en Algérie en octobre», nous confie pour sa part Djamel, père de trois enfants. «Je ne peux pas venir chaque année au pays.

Quand, je le fais, je laisse les grands enfants en France, je n’ai pas les moyens pour me permettre de payer les billets d’avion à tout le monde. Seul le tout dernier m’accompagne», témoigne Lila une mère de cinq enfants. Et de dénoncer par ailleurs les conditions dans lesquelles se font les voyages avec l’absence de concurrence et le duopole d’Air Algérie et d’Aigle Azur sur cette destination.

Ces deux compagnies s’accordent sur les prix, appliquant les tarifs les plus chers au monde, au grand dam de nos immigrés que le gouvernement courtise en leur proposant une formule pour l’achat d’un logement promotionnel public (LPP) au lieu de commencer par régler le problème du transport. Même constat pour la traversée Marseille-Alger (assurée par Algérie Ferries qui dessert quatre autres villes, Annaba, Oran, Skikda et Béjaïa) dont le prix avoisine les 2000 euros pour une famille, soit près de trois fois celui du trajet Marseille-Tunis.

Et dire que la nécessité d’ouvrir les espaces aérien et maritime à la concurrence a été à maintes fois relevé sans que le pas soit franchi pour encourager le retour des Algériens d’ailleurs et doper le tourisme local.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!