Cahiers des charges et investissements : Les atermoiements du gouvernement | El Watan
toggle menu
mercredi, 05 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan04042021



Cahiers des charges et investissements : Les atermoiements du gouvernement

17 avril 2021 à 10 h 24 min

On efface tout et on recommence !  La politique économique du pays cale sur les multiples indécisions ou foucades du gouvernement qui ne sait plus, des mois après leur annonce, quelle direction prendre en matière de stratégie industrielle. Le dossier de l’automobile, pour ne s’attarder que sur cet exemple, résume à lui seul les incohérences et l’instabilité qui caractérisent les choix de l’équipe dirigeante.

Quelques semaines après avoir été annoncées par l’ex-ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, non sans d’ailleurs soulever des vagues dans certains  milieux d’affaires, les conditions d’attribution d’agréments pour les concessionnaires automobiles viennent de subir un changement à la faveur de l’arrivée d’un nouveau ministre à la tête de ce département. «Le gouvernement a entendu un exposé présenté par le ministre de l’Industrie relatif à deux projets de décrets exécutifs (i) modifiant et complétant le décret exécutif n° 20-227 du 19 août 2020  fixant les conditions et les modalités d’exercice de l’activité de concessionnaire de véhicules neufs, (ii) modifiant et complétant le décret exécutif n° 20-312 du 15 novembre 2020 portant conditions et modalités d’octroi de l’autorisation de dédouanement des chaînes et équipements de production rénovés dans le cadre d’activités de production de biens et services», note un communiqué des services du Premier ministère. S’agissant de l’activité des concessionnaires, le texte en question souligne que «les modifications apportées visent à simplifier et à mettre en cohérence les conditions d’éligibilité, en vue de favoriser la concurrence et la transparence par l’allégement des procédures administratives, pour l’obtention de l’agrément d’exercice de cette activité».

En somme, l’Exécutif entend bien revoir sa démarche en la matière. Avec tout ce que cela signifie en termes de nouveaux choix posés sur la table et qui devront, bien entendu, être passés au peigne fin pour validation lors d’un prochain Conseil des ministres. Mais quoi qu’il en soit, le fait est qu’entre-temps  beaucoup de temps a été perdu sur ce registre qui, bizarrement, accapare plus qu’il ne devrait en réalité l’attention des titulaires du ministère de l’Industrie qui, au vu de l’état déliquescent de notre tissus  industriel,  ont vraiment du pain sur la planche. Le dernier réaménagement législatif  conduisant à la suppression de l’obstacle des 51/49%, tant décrié du reste pendant longtemps par quelques pays, afin de relancer l’investissement ne trouve toujours pas de traduction sur le terrain. Les autorités ne sont pas, à ce jour, arrivées à concocter une liste d’entreprises publiques dites «stratégiques» à soustraire à une privatisation qui va conférer au repreneur la majorité des actions du capital.

Cette lenteur est-elle due à un manque de célérité dans la conduite des affaires par les dirigeants politiques, ou serait-ce plutôt la conséquence d’une absence de stratégie économique en haut lieu, tel qu’il semble être le cas ? La question reste posée. Le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, qui s’est toujours plaint du désinvestissement, notamment à chacune des prestations télévisées face à la presse, devrait peut-être s’intéresser de plus près aux réponses à ces questions dont semble dépendre en tout cas en partie son succès ou pas dans le domaine économique.

A moins que la priorité de l’heure soit accordée à la diminution de la facture d’importation au lieu de la croissance économique.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!