Bilan des activités touristiques : Benmessaoud veut une implication de ses cadres | El Watan
toggle menu
samedi, 24 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190824



  • Pub Alliance Assurance


Bilan des activités touristiques : Benmessaoud veut une implication de ses cadres

09 janvier 2019 à 10 h 00 min

Une rencontre sur le bilan 2018 des activités touristiques et de l’artisanat a eu lieu hier à l’hôtel Mazafran/Zéralda (Alger) en présence de Abdelkader Benmessaoud, ministre du secteur. Il a été très clair dans ses propos : «Le tourisme est un pari à gagner. Il y a certes des satisfactions, mais il faut continuer à avancer avec le même rythme.

J’ai donné des instructions précises qui sont une feuille de route pour jouer les premiers rôles et contribuer à l’effort de développement national.» Le ministre a néanmoins souligné dans son discours que «le tourisme a besoin d’un nouveau souffle et d’imaginer de nouvelles formes».

Décodé, le message du ministre est d’une haute importance. Il ne s’agit pas de faire le bilan en alignant des chiffres, mais de corriger les anomalies et les incohérences. Il évoquera aussi les assises nationales du tourisme prévues les 21 et 22 janvier, assimilées à «une étape décisive qui permet de faire ressortir les insuffisances et de s’adapter aux évolutions en dynamisant le tourisme au regard des potentialités naturelles et de l’héritage civilisationnel du pays. Nous avons associé à cet événement des experts et des élus engagés. Je demande à tous les participants de se mobiliser pour la réussite de ces assises et d’enrichir les débats dans les 4 ateliers programmés».

Le ministre, qui est allergique au «copier-coller» dans les rapports, veut que les cadres de son secteur évoquent, loin de toute autosatisfaction, les choses positives et négatives, mais aussi être dans le concret en proposant des solutions aux problèmes.
Il axe sur la visibilité du travail accompli surtout à travers les médias. S’adressant à Rachid Cheloufi, directeur général de l’Office national du tourisme (ONT), il lui demandera de ne plus fonctionner «d’une manière traditionnelle et habituelle, mais de s’entourer de jeunes cadres très à l’aise avec les TIC».

Concernant la participation aux Salons étrangers, le ministre affirme que «si on n’a pas les moyens, on ne partira pas. Il faut faire dans la perfection, sinon rien. Quand il y a des problèmes, il faut les signaler». Il a été plus sévère avec le représentant de l’Onat, en lui disant : «Si vous ne répondez pas aux exigences de la clientèle, vous êtes appelés à disparaître.» Cela sonne comme un avertissement. Les chiffres présentés ont suscité la colère du ministre qui les juge «faibles par rapport à l’accompagnement de l’Etat et de ses infrastructures sous-exploitées». L’Onat a eu à prendre en charge 171 000 touristes cette année contre 150 000 en 2017, soit à peine 20% d’évolution. En matière de réceptif, elle a eu 1000 clients (800 en 2017) ! Le ministre a demandé à Noureddine Ahmed Sid, directeur général de l’Onat, de lui proposer «un nouveau plan avec des objectifs».


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!