Théâtre National d’Alger : Hommage à des figures de la chanson chaâbie et hawzie | El Watan
toggle menu
mardi, 30 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021





Théâtre National d’Alger : Hommage à des figures de la chanson chaâbie et hawzie

26 octobre 2021 à 10 h 14 min

Un concert en hommage à des figures de proue de la chanson populaire chaâbi et hawzie a été animé samedi soir à Alger, pour leur apport à l’enrichissement de la chanson et la musique algériennes.

Accueillie à la salle Mahiéddine-Bachtarzi du Théâtre national algérien (TNA), la cérémonie s’est ouverte par une troupe de la zorna qui a accompagné jusqu’à la scène Mahdi Tamache, Saadi Hsissen et Abdelatif Merioua, trois grands noms de la chanson algérienne. Organisée par l’association artistique et culturelle Troisième millénaire, en partenariat avec l’Office national des droits d’auteur et droits voisins (Onda), la cérémonie s’est déroulée en présence d’un public venu rendre aussi hommage aux artistes qui continuent de les enchanter.Nardjess, Nadia Bouchama de son vrai nom, a ouvert le bal de cette cérémonie en interprétant Nesthel el kiya, chanson écrite et composée par Mahboub Bati en hommage à ces figures vivantes de la chanson algérienne. Pour sa part, Nouri Koufi, une des grandes figures de la musique andalouse, a rendu des chansons du genre, ponctuées de quelques madih en hommage à ses collègues qui ont marqué, chacun, de son empreinte la musique algérienne.

En dernière partie de ce concert-hommage, Hakim El Ankis, digne héritier de l’art de son père Boudjemaâ El Ankis, a interprété de célèbres chansons puisées du riche répertoire chaâbi. Mahdi Tamche, Saadi Hsissen et Abdelatif Merioua ont tenu à assister à cette cérémonie-hommage, rehaussée par la présence d’un public mélomane. Présent malgré son handicap, l’interprète du hawzi Mahdi Merioua, 61 ans, est considéré comme l’un des grands noms de sa génération qui a marqué de son empreinte la musique andalouse dans sa variante hawzi. Natif d’Alger en 1951, Mahdi Tamache, disciple du pionnier du chaâbi, Cheikh Mhamed El Anka, a suivi de 1968 à 1975 des cours de musique au Conservatoire d’Alger. Hsissen Saadi, autre élève d’El Anka, 73 ans, s’est fait connaître auprès du public à travers son riche répertoire et ses spectacles de chaâbi authentique, diffusés par la Télévision publique où il avait enregistré plusieurs de ses œuvres. Créée en 2001, l’Association Troisième millénaire œuvre à la promotion de l’art et à la distinction des artistes avec comme mot d’ordre «rendre hommage à l’artiste de son vivant».


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!