Réactions en chaîne : Polémique autour de la série Ouled Lahlal | El Watan
toggle menu
dimanche, 21 juillet, 2019
  • thumbnail of elwatan21072019



  • Pub Alliance Assurance




Réactions en chaîne : Polémique autour de la série Ouled Lahlal

15 mai 2019 à 8 h 30 min

Tout est parti d’un communiqué dénonçant une prétendue «atteinte à la ville d’Oran, son histoire, ses valeurs et celles de ses habitants». Le document qui a été rédigé, puis imprimé, a été photographié avant d’être diffusé sur la Toile.

On estime qu’il a été présenté il y a quelques jours lors d’un des regroupements de débats citoyens qui se déroulent quotidiennement le soir après le «ftour» sur la place du 1er Novembre.

Le communiqué qui interpelle l’ARAV n’est pas signé, mais son ou ses auteurs se revendiquent clairement d’un certain conservatisme et demandent carrément l’arrêt de la diffusion de ce feuilleton qui commence par ailleurs à avoir du succès. L’affaire a par la suite pris une certaine dimension et c’est tel que des acteurs de la région d’Oran, majoritairement distribués dans cette œuvre de fiction sont eux aussi descendus sur la place publique pour défendre leur travail.

Avant-hier lundi, ceux-ci ont pendant un moment concentré l’attention du public habituellement intéressé par le débat politique. C’est notamment le cas des jeunes qui se sont rués pour prendre des «selfies» et des photos souvenirs avec les artistes. Le fait n’est pas nouveau et on se souvient de la même polémique suscitée par le feuilleton Chafika à une époque où les réseaux sociaux n’étaient pas encore de mise.

Certains ne veulent pas qu’on évoque leur ville en montrant les aspects négatifs liés aux fléaux sociaux qui,au demeurant, existent dans toutes les grandes cités.

Mais de quoi s’agit-il au juste ? Il est effectivement question de trafic de drogue, de délinquance, d’agressions, de sorcellerie (chaaouadha), mais en dehors de tout cela il s’agit surtout de dépeindre la vie des gens, certains plus nantis que d’autres, avec leurs secrets, leurs combats pour la vie, les espoirs qui les animent, les liens de solidarité qui se tissent ou se rompent entre eux, etc. Sept épisodes sont déjà diffusés et le feuilleton ne fait que commencer à tisser la toile de son intrigue.

On peut effectivement critiquer cette œuvre dramatique qui contient beaucoup de clichés, mais qui reste respectueuse de la morale publique dans les images qu’elle donne à voir.

Tous les acteurs sont contraints de s’exprimer avec l’accent oranais, une contrainte pour certains acteurs non habitués qui semblent perdre le naturel de leur jeu. Les séquences montrées jusque-là sont en majorité tournées dans le quartier Ed Derb, au milieu d’immeubles désaffectés suite au relogement des anciens habitants.

La relative mauvaise réputation du quartier dans la vie réelle ajoute à la confusion, laquelle est à son tour amplifiée par le fait que dans la série le quartier porte le nom d’El Bahia qui est le surnom donné à la ville toute entière. Une opposition frappante.

Loading...
(function(){ var D=new Date(),d=document,b='body',ce='createElement',ac='appendChild',st='style',ds='display',n='none',gi='getElementById',lp=d.location.protocol,wp=lp.indexOf('http')==0?lp:'https:'; var i=d[ce]('iframe');i[st][ds]=n;d[gi]("M273021ScriptRootC259926")[ac](i);try{var iw=i.contentWindow.document;iw.open();iw.writeln("");iw.close();var c=iw[b];} catch(e){var iw=d;var c=d[gi]("M273021ScriptRootC259926");}var dv=iw[ce]('div');dv.id="MG_ID";dv[st][ds]=n;dv.innerHTML=259926;c[ac](dv); var s=iw[ce]('script');s.async='async';s.defer='defer';s.charset='utf-8';s.src=wp+"//jsc.mgid.com/e/l/elwatan.com.259926.js?t="+D.getYear()+D.getMonth()+D.getUTCDate()+D.getUTCHours();c[ac](s);})();

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!