Quand le confinement devient source d’inspiration | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 août, 2020
  • thumbnail of elwatan06082020




SÉRIE TÉLÉVISÉE ZOUDJ FI HASLA DE LA STATION RÉGIONALE DE L’EPTV DE CONSTANTINE

Quand le confinement devient source d’inspiration

11 mai 2020 à 9 h 30 min

Connue depuis des lustres par ses productions inédites, puisées dans le vécu quotidien et ne laissant personne indifférent, la station régionale de Constantine de l’Entreprise publique de la télévision (EPTV) vient de renouer avec les séries télévisées en choisissant de taper fort.

L’idée qui se trouve concrétisée pour la première fois dans l’histoire de l’audiovisuel en Algérie paraissait plutôt étrange, mais elle semblait avoir emballé la direction de la station qui a donné son feu vert et sa bénédiction.

Comment en pleine période de confinement sanitaire, une équipe de techniciens et une poignée de comédiens s’est «auto confinée» (au sens figuré bien sûr) dans un hôtel de la nouvelle ville Ali Mendjeli, à 20 km de Constantine, pendant 14 jours (selon les normes de l’OMS) pour réaliser 15 épisodes d’une œuvre de fiction originale sur le confinement (au sens propre), devenu une source d’inspiration. La recette est pourtant simple en ce Ramadhan assez particulier.

La différence est qu’elle soit préparée à la manière constantinoise, avec ses secrets et ses astuces. «Tout était parti d’une idée discutée avec l’équipe de la production et le directeur de la station de Constantine, Samir Guenez, au vu des circonstances que le monde et l’Algérie sont en train de vivre avec la pandémie du coronavirus.

Cela a donné à réfléchir sur une situation inédite de deux Algériens rapatriés l’un de Chine et l’autre d’Italie, qui vont se retrouver confinés dans une chambre d’hôtel et qui vont se connaître, partager leur quotidien et vivre ensemble des situations critiques tout au long de la période de leur confinement.

Cela donne des histoires drôles dans un cadre satirique avec de la dérision ; c’est une série qui n’a rien à voir avec la réalité ; c’est purement de la fiction à travers laquelle nous avons traité des thèmes de sensibilisation et de prévention. C’était de notre devoir de faire quelque chose pour notre public et d’assumer notre responsabilité en tant qu’artistes», a déclaré à El Watan, Karim Boudechiche, auteur du scénario.

Le projet donnera une série intitulée Zoudj Fi hasla, une expression en arabe dialectal qui a pour équivalent Deux dans une situation critique. Réalisée par le très discret Naoufel Chaita, la production met en vedette l’inimitable Hakim Dekkar, célébrissime Khabat Kraâou, qui signe une nouvelle expérience télévisuelle, avec à ses côtés et pour la première fois dans un rôle principal Mehdi Oubed.

La série a réuni également dans les autres rôles Djamel Mezouari (le réceptionniste), Hadjar Seraoui (médecin), Nouredine Bechkri (le psychologue), Salim Oudina (le coiffeur), Faïza Bibeche (épouse de l’un des confinés) et Smaïl Rebiai (le faux journaliste). «C’est une série qui a été produite dans des conditions particulières, durant laquelle nous avons vécu une sorte de confinement artistique à l’hôtel Hussein qui a abrité quelques jours plutôt de vrais confinés, ce qui nous a mis dans les circonstances presque identiques, mais je dois dire que nous avons travaillé dans les meilleures conditions pour réussir un produit qui devra montrer le vrai potentiel de la station de Constantine et marquer son vrai retour. J’espère qu’il plaira aux téléspectateurs de la télévision algérienne», notera Hakim Dekkar.

La série en 15 épisodes, en phase de montage ces derniers jours, devra être prête pour la deuxième quinzaine du mois de Ramadhan.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!