Musique. concours d’eurovision 2019 : Roger Waters : «Madonna, ne va pas à Tel-Aviv !» | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 août, 2020
  • thumbnail of elwatan06082020




Musique. concours d’eurovision 2019 : Roger Waters : «Madonna, ne va pas à Tel-Aviv !»

24 avril 2019 à 9 h 08 min

Dans ce point de vue intitulé «If you believe in human rights, Madonna, don’t play Tel-Aviv (Si tu crois en les droits humains, Madonna, ne joue pas à Tel-Aviv)», Roger Waters interpelle la pop star planétaire à propos du drame du peuple palestinien, réduit à des infra-humains et par conséquent, il faut alerter l’opinion mondiale sur la détresse de tout un peuple. Voici le texte intégral traduit de l’anglais au français.

Le droit à la vie, à la liberté et à l’autodétermination

«L’acceptation de Madonna de l’invitation à se produire à Tel-Aviv (Israël) lors de la finale du concours de chanson Eurovision en mai 2019 soulève, une fois encore, des questions éthiques et politiques d’une importance fondamentale telle que chacun de nous est interpellé.

A Paris, en 1948, les Nations unies naissantes élaborèrent et adoptèrent la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui consacrait dans le droit international que tous nos frères et sœurs du monde entier, sans distinction d’ethnie ni de nationalité ni de religion, ont un certain droit humain, sans toutefois le limiter. Le droit à la vie, à la liberté et à l’autodétermination.

Ainsi, la question que chacun de nous devrait se poser est donc la suivante : suis-je d’accord avec la Déclaration des Nations unies ? Si votre réponse à cette question est oui, une deuxième question se pose alors : suis-je prêt à offrir mon soutien aux droits de l’homme et à agir en conséquence ? Vais-je aider mes frères et sœurs dans leur lutte pour les droits de l’homme, ou vais-je traverser et marcher de l’autre côté et passer mon chemin.

Dans le contexte de la discussion en cours portant sur le lieu des finales d’Eurovision et la participation de Madonna, ainsi que d’autres artistes interprètes, les frères et sœurs en question qui sont le peuple palestinien vivant sous un régime d’apartheid profondément répressif et ne jouissant pas du droit à la vie, à la liberté et à l’autodétermination.

En 2004, la société civile palestinienne avait lancé un appel à l’aide au reste du monde et avait notamment mis en place une ligne de piquetage culturelle, exhortant les artistes à s’abstenir de se produire en Israël jusqu’à ce que le gouvernement israélien reconnaisse le droit des Palestiniens à l’autodétermination.

Depuis lors, j’ai répondu à leur appel et fait tout ce que je pouvais pour persuader les autres de faire de même. Certains de mes collègues musiciens qui se sont récemment produits en Israël disent qu’ils le font pour bâtir des ponts et faire avancer la cause de la paix.

Connerie ! Jouer en Israël est une opération lucrative, mais cela sert à normaliser l’occupation, l’apartheid, le nettoyage ethnique, l’incarcération des enfants, le massacre de manifestants non armés… Toutes les mauvaises choses. A propos, parce que je soutiens les droits de l’homme et critique le gouvernement israélien pour ses violations, je suis régulièrement accusé d’être antisémite.

Cette accusation peut être utilisée comme un écran de fumée comme diversion et discréditer ceux qui font la lumière sur les crimes contre l’humanité perpétrés par Israël. Je tiens à souligner que je soutiens la lutte pour les droits humains de tous les peuples opprimés du monde entier. La religion de l’oppresseur n’est ni ici ni là-bas. Si je soutiens les Rohingyas et si je déplore la persécution du Myanmar, cela ne me rend pas antibouddhiste.

Je suis convaincu que l’avenir de la race humaine dépendra en grande partie de notre capacité à développer notre capacité d’empathie avec les autres, et non de notre capacité à les opprimer et à les contrôler. Nous ne pouvons pas nous permettre de régresser à l’âge sombre, alors que cela pourrait signifier bien, bon.

Nous sommes meilleurs que ça, n’est-ce pas ? Je suppose que je suis en train d’interpeller toutes les personnes impliquées quant à ce que je considère être la commune trahison de l’humanité à propos de l’Eurovision en se concentrant sur leur capacité à faire preuve d’empathie envers leurs frères et sœurs palestiniens. Essayez de vous mettre à leur place. Essayez d’imaginer, pendant 70 ans, génération après génération, vous vous réveillez chaque matin devant la confiscation systématique de la vie de votre peuple.

Et eux, qui ont gardé la tête haute et ont résisté avec beaucoup de courage, de bravoure et de grâce, nous ont demandé, «les cœurs saignants et les artistes», notre aide. Nous avons tous, à mon avis, une obligation humaine, un cas de conscience absolue, en tant qu’êtres humains, de répondre à leur appel.

Ma mère, dans ses tentatives maternelles de me guider dans ma jeunesse, avait pour l’habitude de me dire : «Roger, dans une situation donnée, il y a presque toujours une bonne chose à faire, réfléchis bien, quoi qu’il en soit, tiens compte de tous les points de vue, puis décide toi-même de ce qu’il convient de faire et fais-le.»

«J’exhorte tous les jeunes candidats (à l’Eurovision) – en fait, tous les jeunes, en fait tous, jeunes et moins jeunes, y compris Madonna – à lire la Déclaration des droits de l’homme des Nations unies. Elle a été traduite en 500 langues pour que tout le monde puisse s’informer de ses 30 articles. Si nous les respections tous, nous pourrions sauver notre belle planète de sa destruction imminente».

Brian Eno, Lorde, Elvis Costello, Salif Keita, Massive Attack…

Pour rappel, le mouvement «Boycott, Divestment and Sanctions movement» connu sous les initiales BDS, a été lancé par la société civile palestinienne en 2005, suite à des dizaines d’années de lutte contre Israël et sa politique d’apartheid, faisant appel aux citoyens du monde et de conscience, soutenus par des pops stars comme l’immense Brian Eno, le célèbre producteur de U2 , David Bowie, et du regretté Rachid Taha (Tekitoi où figure la reprise des Clash, Rock The Casbah), l’arrangeur et l’inventeur de l’ambient-et bien sûr avec Roger Waters – le fameux bassiste des Pink Floyd, auteur-compositeur
(The Wall) –, militant pour faire tomber le mur de séparation dressé en Cisjordanie par Israël, et afin que prenne fin le plus long conflit de l’histoire récente. Le BDS demande de bouder tous les produits israéliens, mais aussi de pratiquer un boycott sportif, culturel et universitaire.

Ils sont nombreux à se rétracter, se raviser, annuler, voire boycotter l’acte culturel en Israël, tels que Lorde, Lauryn Hill, Shakira, Vanessa Paradis, Lhasa, Annie Lennox, Cat Power, Cassandra Wilson, Natacha Atlas, Aziza Brahim, Roger Waters, Elvis Costello, Brian Eno, Thurston Moore, Gilberto Gil, Chuck D., Gil Scott-Heron, Jason Moran, Richard Bona, Eddie Palmieri, Salif Keita, Jello Biafra, Jean-Luc Godard, Tardi, Portishead, The Young Fathers, Massive Attack et aussi l’infatigable militant et activiste de la première heure, Roger Waters, qui s’est fait beaucoup d’«amis».

 

Lien :https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/apr/17/madonna-human-rights-tel-aviv-israel-palestine



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!