Mohamed Chiakh, musicien et luthier : «Perpétuer le patrimoine populaire dans sa diversité» | El Watan
toggle menu
mardi, 11 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan09052021




Mohamed Chiakh, musicien et luthier : «Perpétuer le patrimoine populaire dans sa diversité»

28 mars 2021 à 10 h 05 min

Frisant la soixantaine, Mohamed Chiakh, musicien, chercheur et luthier, continue de perpétuer el ghiwane, un genre musical qui résiste à toutes les mouvances.

La parole engagée ne meurt pas», confesse-t-il d’emblée entre deux notes sublimes sortant de son sentir, hadjoudj ou guembri, un instrument à trois cordes pincées.

Il est l’un des membres fondateurs du groupe Nass El Hal qu’on pourrait traduire par «les gens de la transe» avec un répertoire de 15 chansons et des tournées à l’étranger. «Nous sommes cinq membres, maintenant», précise-t-il. Il s’agit de Chiakh, Bouziane Ghali, Mustapha Zellat, Abdelkader Benamar et Lamia, interprète de hawzi, aussi. «Mon souci, c’est de perpétuer le patrimoine populaire dans sa diversité», affirme-t-il avec humilité.

Pour cela, il consacre son temps dans sa petite maison de cité Bilel à Maghnia à des recherches : «Je suis en continuel contact avec des musicologues et je compulse des tonnes de pages d’ouvrages…» Son métier aussi c’est la fabrication des instruments de musique à cordes, notamment le luth où il excelle. «C’est une passion qui s’est vite transformée en métier.

Et c’est toujours ensorcelant de jouer d’un instrument à qui on a donné naissance», dit-il avec méditation et fierté, pudiquement cachée. Cet artiste, peut-être méconnu, refuse d’être sous les projecteurs : «Il faut laisser ses œuvres parler à sa place, la reconnaissance, elle est chez les connaisseurs», nous confie-t-il.

La seul préoccupation de Mohamed, c’est l’espace : «Je ne dispose pas d’un local pour me consacrer totalement à la fabrication des instruments, pourtant il existe beaucoup de locaux culturels inoccupés dans ma ville…», rappelle-t-il avec dépit. Mohamed Chiakh, un prodige qui mérite toutes les considérations pour le travail qu’il effectue en silence, au profit du patrimoine musical algérien.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!