Maison de la culture d’Aïn-Témouchent : 1ère rencontre autour de la « Littérature féminine » | El Watan
toggle menu
mardi, 09 août, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Maison de la culture d’Aïn-Témouchent : 1ère rencontre autour de la « Littérature féminine »

07 mars 2021 à 10 h 05 min

Existe-t-il une littérature féminine au côté d’une littérature qui serait dite masculine ? Qui en a écrit ? Pourquoi et pour quel lectorat ? Tels sont les questionnements proposés par Mohammed Mekkaoui à l’aréopage d’universitaires et d’auteurs au menu de la première rencontre du genre organisée par la maison de la culture qu’il dirige.

Après avoir programmé les années précédentes des rencontres sur l’art photographique au féminin, l’artisanat et autres activités artistiques à l’occasion du 8 mars, pour sa célébration cette année, il est question de littérature. Les invitées sont venues de plusieurs wilayas d’est en ouest et du Sud au nord pour évoquer des expériences singulières d’écriture.

Néanmoins, Mekkaoui précise que par littérature féminine, il entend plus largement tout ce qui a été écrit et dont le dénominateur commun de sa thématique est la femme que l’auteur soit une femme ou un homme. Il conclut son propos par : « Il se disait à une certaine période que l’Egypte écrit, le Liban publie et l’Irak lit. Je fais le vœux que l’Algérie écrit, publie et lit » Quant au directeur de la Culture, il souligne un déséquilibre qui ne peut manquer de faire réfléchir : « sur 117 prix Nobel de littérature attribués à ce jour, seul un homme dans notre aire géographique, Nagib Mahfoud, l’a décroché. Et sur les 117 lauréats, seules 16 femmes dans le monde en ont été gratifiées. »

Aussitôt, le coup d’envoi de la manifestation est donné par une matinée consacrée à des mini récitals de poésie. Leïla Boumediene de l’université de Bouzareah est la première à enchanter la salle de sa voix veloutée déclamant ses vers où les métaphores, les rimes et l’émotion se font échos. Forcément, elle est de Laghouat, terre de poésie et de l’illustre Abdallah Benkeriou, l’auteur de « Gamr Ellil », un joyau du melhoun. Elle est suivie par d’autres intervenantes. Quant à l’après-midi, il est consacré à des communications d’ordre académique. Le même programme est maintenu pour le lendemain pour se clore avec la célébration du 8 mars.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!