L’Algérie établit sa cartographie archéologique | El Watan
toggle menu
mardi, 20 octobre, 2020
  • thumbnail of elw_30092020






PATRIMOINE

L’Algérie établit sa cartographie archéologique

07 septembre 2020 à 11 h 17 min

Cette cartographie archéologique concernera toutes les époques historiques. C’est un document précieux géo-référencié interactif, de surcroît un outil d’aide à la décision, de l’orientation dans les espaces et dans la gestion.

En plus des chercheurs, des universitaires, l’agence spéciale algérienne avait été impliquée dans ce projet inédit, afin de pouvoir utiliser les techniques spatiales dans la constitution de la base de données, de la gestion, mais surtout dans la protection de l’héritage culturel algérien, appelé à devenir à la suite d’une préservation, de l’entretien et d’une exploitation intelligente, une intéressante source de revenus pour l’économie nationale, créateur d’emplois et de richesses.

Dans le cadre de la politique économique de l’Etat qui vise à diversifier les ressources, les secteurs de l’habitat, de l’urbanisme, des travaux publics, des équipements publics, des transports, des mines, de l’énergie, de l’hydraulique, seront tous obligés de consulter la carte archéologique établie en 2020, avant de se lancer dans un programme de réalisation. Le ministère de la Culture compte vulgariser sa carte archéologique afin d’impliquer les jeunes dans la préservation des ces monuments culturels, en vue de relancer le tourisme culturel dans chacune des régions du pays.

Le mérite revient au ministère de la Culture, car le département ministériel du Dr Bendouda Malika est arrivé à mettre à jour une cartographie archéologique à la suite des recherches des archéologues algériens et la participation de l’Agence spatiale algérienne (ASA) à travers le satellite. «Cette cartographie archéologique algérienne n’est pas définitive, car l’avenir réservera d’autres trésors culturels que recèle notre pays, immense par sa superficie», nous révélera une source du ministère de la Culture.

Il est utile de rappeler que l’historien et archéologue français, en l’occurrence Stephane Gsell (1864-1932), spécialiste de l’Afrique romaine, en particulier de l’Algérie romaine, avait effectué des fouilles pour aboutir à la localisation des sites et la réalisation d’une carte archéologique algérienne. Un siècle après, les archéologues et chercheurs algériens sont arrivés à remettre à niveau cet outil incontournable pour le développement économique et social national. Un point positif à mettre à l’actif du ministère de la Culture en ces temps de crise économique. 

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!