La revente des billets fait fureur à Didouche Mourad | El Watan
toggle menu
jeudi, 22 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190822



  • Pub Alliance Assurance


En prévision du concert de Soolking à Alger, le 22 août

La revente des billets fait fureur à Didouche Mourad

08 août 2019 à 10 h 00 min

Ouvert encore jusqu’à jeudi 8 août, le seul et unique point de vente des billets de concert de Soolking à Alger ne connaît pas de repit vu la file interminable qui se présente au guichet. Si des gens attendent leur tour pour acheter les tickets sous la chaleur étouffante, à quelques mètres plus bas, des dizaines de jeunes revendent les billets au prix fort.

En ce troisième jour de vente de billets de concert du rappeur algérien Soolking, la foule n’a toujours pas fléchi. Malgré la chaleur suffocante, des centaines de personnes entre femmes, enfants et jeunes de tous âges passent des heures interminables pour acheter un ou plusieurs tickets. En effet, un seul concert pour 10 points de vente dans 10 wilayas est disponible au niveau des directions de l’ONDA. La raison de cette décision est toujours inconnue.

Pourtant, plusieurs points de vente et plusieurs dates de concerts auraient été plus organisés et plus réfléchis, mais l’Etat algérien en a décidé autrement. Côté organisation, l’ONDA a mis en place deux files d’attente. Une pour les familles et une autre pour les jeunes «hommes». La queue commence à l’aube, bien avant l’ouverture de l’agence. «Depuis 6h, je suis debout, ce n’est que trois heures plus tard que j’ai pu acheter mon ticket de concert. J’ai, d’ailleurs, hâte d’aller voir Soolking le 22 août», déclare Mahrez, un étudiant.

Si certains jeunes ont fait le déplacement pour s’acheter des tickets innocemment dans le seul but : se rendre au concert. D’autres le font de façon malintentionnée. En effet, des dizaines de jeunes se procurent les billets pour les revendre à quelques mètres plus bas. Si le prix affiché par l’ONDA est de 1500 Da, ces jeunes ne se gênent pas pour les proposer aux passants entre 2000 et 3000 Da.

Un groupe de jeunes revendeurs est d’ailleurs approché par notre reporter, et c’est fiers qu’ils répondent : «Nous n’avons pas d’autre choix que de revendre les tickets achetés. C’est un business facile qui nous évite d’aller vendre de la drogue ou de voler. Cet Etat illégitime ne nous a pas laissé le choix, nous n’avons pas trouvé de travail pour vivre dignement.» Le trottoir de la rue Didouche Mourad est bondé de ce marché parallèle qui, manifestement, ne dérange pas les policiers affectés à la sécurité autour de l’ONDA.

Les agents de sécurité habillés en civil, qui passent inaperçus, sont visiblement à l’affût de toute tentative de revente illégale. «Nous surveillons beaucoup les jeunes qui parlent avec les filles. Mais surtout, on fait tout pour qu’ils ne les abordent pas, car elles sont amadouées pour leur acheter des billets afin qu’ils les revendent. Il y a un sérieux trafic derrière», explique un agent de sécurité habillé en civil.

Ce qu’il est important de préciser, c’est que le nombre de billets par jeune ne dépasse pas deux et sur présentation de la carte nationale. Alors que les femmes ont le droit d’en acheter beaucoup plus. «Avec mon ami, nous avons acheté deux tickets chacun, c’est le nombre maximal. En fait, nos informations ont été enregistrées dans le système ONDA pour ne bénéficier qu’une seule fois de l’achat des billets», précise Mezroua Mohamed, 26 ans, un commerçant détenteur du billet de Soolking.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!