La plume et le combat de M’hamed Houaoura : Parcours de battants | El Watan
toggle menu
vendredi, 07 août, 2020
  • thumbnail of elwatan06082020




La plume et le combat de M’hamed Houaoura : Parcours de battants

04 juillet 2020 à 9 h 15 min

Le deuxième ouvrage de notre collègue M’hamed Houaoura, intitulé, La plume et le combat, a été édité à compte d’auteur, chez Edition Dar El Gharb l Il s’articule d’abord sur les témoignages des chevaliers de la plume.

Il s’agit des récits authentiques de la moudjahida Evelyne Lavalette, des moudjahidine Zahir Ihaddadène, Pierre Chaulet et Lamine Bechichi. Le lecteur découvre certaines facettes méconnues de ces personnalités algériennes, pourvues de compétences, qui avaient choisi le sacrifice pour l’Indépendance de leur Patrie, l’Algérie.

Ces quatre témoins, journalistes parmi tant d’autres, avaient souffert des tortures, sans jamais renier à leur attachement trop fort pour leur pays. Dans sa préface, l’expert en communication, Belkacem Ahcène Djaballah, écrit, «…le travail de recherche de M’hamed Houaoura vient combler un certain vide en rassemblant quelques témoignages de personnes résolument engagées très tôt dans le combat libérateur.

Un combat pas facile tant la tâche était nouvelle et compliquée face à un système assez bien organisé et doté de moyens colossaux, en citant un passage du journaliste français Jean Lacouture publié le 14 novembre 1962 au journal Le Monde, le 14 novembre 1962 : si redoutable dans la guerre, extraordinaire organisation de lutte clandestine, savante articulation de réseau d’information, magistral metteur en scène de la guerre d’Algérie à l’échelle mondiale, le FLN a imposé à l’univers l’un des sigles les plus fameux de notre temps», conclut Belkacem Ahcène Djaballah. Le défunt Zahir Ihaddadène avait souligné après avoir lu le manuscrit : «Le texte que vous me présentez est une biographie de mon action militante. Les faits sont exacts et avérés.

Leur succession est authentique et chronologique. Le lecteur peut se retrouver facilement. Mais au-delà de cet aspect historique, le texte est un véritable poème. Le style est alerte et vif, de l’imagination, de l’emphase avec retenue, la lecture de ce texte vous enchante et vous fait rêver. C’est un tableau d’art vivant, une œuvre artistique et un poème de toute beauté. Merci», conclut Zahir Ihaddadène. Le livre relate la participation et l’implication du journaliste algérien avec sa plume dans la lutte pour l’indépendance de son pays. Il est arrivé à faire connaître le combat de son peuple contre l’une des puissances mondiales au-delà des frontières du pays.

Une deuxième édition et sa traduction en arabe sont prévues

L’auteur avait mis l’accent aussi sur le rôle des médias qui avaient adhéré à la cause nationale, avec l’introduction des journalistes étrangers dans les maquis auprès des djounoud de l’ALN. L’assassinat des femmes et hommes des médias nationaux durant la décennie noire rappelle la souffrance des journalistes algériens durant les années dramatiques, en publiant la liste des compatriotes tués par les hordes criminelles.

La participation de deux journalistes algériens à la conférence de Windoeck (Namidie), Omar Belhouchet et Zoubir Souissi est mise en évidence, pour signifier que l’Algérie était présente dans l’institutionnalisation de la date du 3 mai, la journée internationale de la liberté d’expression et de la presse. Selon l’auteur, M’hamed Houaoura, une 2e édition du livre et sa traduction en arabe sont prévues, bien que la concrétisation de ce projet exige des moyens financiers.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!