Immigration irrégulière : Barbara, cette amie des réfugiés africains... | El Watan
toggle menu
mercredi, 13 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan13112019


Immigration irrégulière : Barbara, cette amie des réfugiés africains…

26 août 2018 à 23 h 53 min

«Le continent africain contient de loin le plus grand nombre de réfugiés et de migrants forcés…».

Défenseur pour l’accès à la protection internationale, aux droits et à la justice pour les réfugiés demandeurs d’asile et apatrides, Barbara Harrell Bond s’est éteinte le 11 juillet 2018 à son domicile d’Oxford, à l’âge de 85 ans.

Née au Dakota du Sud en 1932, elle quitte les Etats-Unis d’Amérique, pour ne plus y retourner vivre, et s’installe à Londres, pour travailler sur sa thèse de doctorat, alors qu’elle était en charge de ses 3 enfants. En 2004, Barbara a créé à l’université d’Oxford le Centre des études des réfugiés.

Une organisation, dénommée Amera International, qui soutient les réfugiés dans leur recherche de solutions en aidant les ONG du monde entier à offrir des conseils juridiques gratuits sur les questions liées à la détermination de l’Asile. Barbara disait : «Le continent africain contient de loin le plus grand nombre de réfugiés et de migrants forcés…».

L’histoire lui a donné raison. L’anthropologue a commencé à s’intéresser aux problèmes des réfugiés en Afrique, lorsqu’elle s’est rendue au Nigeria au début des années 80’ pour examiner la situation des réfugiés tchadiens.

En Guinée-Bissau,
Barbara a rencontré le représentant du Front Polisario et elle a appris plus de détails sur la guerre des Sahraouis pour l’autodétermination. Plus tard, Oxfam, une organisation luttant contre la pauvreté, prend attache avec Mme Harrell Bond, pour lui proposer de visiter l’Algérie, afin d’en savoir plus sur les réfugiés sahraouis.

Elle accepte et arrive en Algérie juste après le tremblement de terre de la ville d’El Asnam (Chlef). L’expérience a été une révélation, elle a été surprise de voir que beaucoup de ceux qui travaillaient dans la distribution des tentes et des couvertures étaient eux-mêmes endeuillés.

Après avoir visité les camps de réfugiés dans le sud du Soudan, elle a écrit le livre Imposing Aid : Emergency Assistance to Refugees (1986). Le livre est un hymne aux réfugiés africains et une polémique féroce sur le travail humanitaire.

Sa pire expérience a eu lieu au Kenya le 1er août 1982, et pour garder son humeur, elle disait : «Ce n’est pas une bonne idée d’être dans un hôtel 5 étoiles lors d’un coup d’état africain». BHB se rappelle avoir été blessée à la jambe par des éclats d’obus. Elle reçoit la médaille OBE (l’Ordre de l’Empire britannique), pour sa contribution aux études sur les réfugiés. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!