Houari Bouchenak. Photographe algérien : Un spécialiste de l'instantané et de l’émotion | El Watan
toggle menu
mardi, 04 août, 2020
  • thumbnail of elwatan04082020




Houari Bouchenak. Photographe algérien : Un spécialiste de l’instantané et de l’émotion

11 juillet 2020 à 9 h 30 min

Ce jeune tlèmcénien de 38 ans est un photographe des plus passionnés et attentif à la fois. Depuis toujours, il savait au fond de lui-même que la photographie, il en ferait son métier plus tard. Il se plait à chaque fois que l’occasion lui est donné  de photographier les choses du quotidien pour en percevoir l’extraordinaire dans l’ordinaire.

Tout naturellement, il aime poser un regard aiguisé sur les gens et sur les choses qui l’entourent, c’est du moins ce qu’il aime répéter à ceux qui s’intéressent à ses nombreux clichés. Houari Bouchenak a découvert l’univers de la photographie à l’âge de dix ans quand sa mère lui a offert son premier appareil argentique (110).

Ce spécialiste de la photographie avoue que tout au long de son parcours, il a eu plusieurs tremplins. Des tremplins qui ont fait que sa vision pour la photographie a changé. En effet, il a commencé, dés 2005, à se concentrer à la photographie en travaillant sur une réelle réflexion et une démarche de narration photographique.

Année coïncidant avec son premier boulot en qualité de photographe au niveau de l’agence de communication Vitamine Dz. Comme il l’explique si bien, son travail consistait à aller principalement sur le terrain en essayant de collecter le maximum de matière concernant le patrimoine matériel et immatériel algérien. « Cela m’a permis, dit-il, d’avoir une vision assez nouvelle.

Ce n’était pas la vision que j’avais avant. Antérieurement, ce que je faisais, c’était beaucoup plus des photos de mon entourage, mes proches, mes amis ou bien des photos de texture et de l’urbain ». Par la suite, il a eu un deuxième tremplin qui est l’association La Grande Maison, où il a bénéficié dans le cadre d’un projet de sa première formation en photographie à l’université Paul Valéry à Montpellier. « Grâce à cette association, j’ai pu développer une narration photographique qui vient fusionner avec la narration littéraire. Il y a une sorte de complémentarité entre le texte et la photographie qui est pour moi très importante.

A travers cette association, j’ai pu, aussi, aller en profondeur dans les œuvres de Mohamed Dib. J’ai, aussi travaillé autour des œuvres de Mohamed Derrouich , de Friedrich Wilhelm Nietzsch ou bien d’autres auteurs et philosophes. Ainsi ma réflexion et mes sujets sont essentiellement tirés de mon entourage, des personnes que je rencontre et en même temps des différentes sensibilités que je peux en même temps absorber, que se soit à travers l’espace où je suis ou bien à travers mes différentes rencontres ». Notre interlocuteur notre qu’il eu aussi deux autres tremplins importants dans sa vi dont un stage à l’agence Magnum Photos au département d’archive, qui lui a permis de rencontrer différents photographes de cette agence et aussi avoir en mains les photos qui font partie de la mémoire universelle et de ceux qui l’ont marqué.

Le dernier tremplin de son parcours reste la création du collectif 220 (www.collective220.net)qui est composé en ce moment par: Ramzy Bensaadi, Youcef Krache, Fethi Sahraoui et Abdo Shanan et de Houari Bouchenak . A ce propos, il affirme que : « Nos regards et nos réflexions sont différents, mais complémentaires.

On propose par nos démarches essentiellement des visions de notre Algérie par les sujets qui nous touche le plus » étaye t-il. Ce faiseur d’image avoue que le sujet principal qui revient dans ses séries photographiques c’est l’humain, son espace de vie et l’environnement dans lequel il ploie.

A travers ses différents regards et à travers ses suggestions d’images, Houari Bouchenak essaye à chaque fois de poser comme une sorte de questionnement par rapport à un état des lieux ou bien par rapport à une situation bien précise. Selon lui, cela peut-être une situation tout à fait anodine ou bien une situation du quotidien qui a pour une répercussion assez importante dans la société ou bien dans le milieu social, poussant « celui qui va regarder mes photos ou le travail que je vais faire ou présenter à essaye de se questionner à son tour et puis en même temps de se poser.

Dans son travail photographique, il essaye aussi d’intervenir sur le support parce qu’il a tendance à ne pas trop aimer le côté lisse des photos. Ainsi, il essaye de temps à autre d’intervenir sur les supports d’une manière assez plastique ou bien le faisant lui-même à titre d’expérimentation ou bien en montrant des installations, en faisant appel à d’autres artistes pour que ce support puisse devenir un support commun en quelque sorte.

C’est une manière aussi de se détacher un petit peu de l’œuvre. En même temps, c’est une captation qui peut être présente avec un instant éphémère. Mais pour moi, ce côté éphémère est très important puisque cela rejoint un côté humain, qui est éphémère lui-même » explique t-il d’une manière assez philosophique.

Actuellement, Houari Bouchenak planche actuellement, à la villa Abdellatif sur un projet de montage d’un court-métrage qu’il a entrepris pendant la période du confinement, il n’en demeure pas moins qu’il est aussi en stage (gestion des établissements culturel) dans le cadre de ses études qu’il a repris en octobre dernier (Ingénierie de projets culturels et interculturels à l’université Bordeaux-Montaigne.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!