Hamza Sfaxi. Étudiant en architecture et artisan du bois : «Tout est fait main et local» | El Watan
toggle menu
mercredi, 22 janvier, 2020
  • thumbnail of elwatan22012020

Hamza Sfaxi. Étudiant en architecture et artisan du bois : «Tout est fait main et local»

15 décembre 2019 à 9 h 33 min

Hamza Sfaxsi, jeune étudiant en 5e année d’architecture, a créé sa petite entreprise artisanale de confection d’accessoires en bois et en résine.

C’est d’ailleurs dans une récente exposition-vente à Dar Ezzerrouk (Saïd Hamdine), réunissant plusieurs artisans locaux, que Hamza a présenté ses créations. Dans cet entretien, il revient sur sa marque Tribute Créations, mais aussi sur son style artistique ethnique un peu décalé.

 

-Vous étiez présent à l’exposition-vente à Dar Ezzerrouk, samedi dernier, parmi plusieurs autres artisans. Parlez-nous un peu des bijoux que vous avez présentés dans votre stand…

Ce que vous voyez ici, c’est ma marque Tribute Créations, elle réunit tout ce qui est tribal. Ce sont des attributs qui ont une valeur sentimentale que l’on peut offrir à quelqu’un qu’on apprécie ou pour lui rendre hommage. C’est quelque chose d’assez petit et très joli à porter. Nous avons par exemple du bois travaillé 100% fait main. C’est ce travail artisanal qui lui confère toute sa valeur. Je propose quatre collections différentes de colliers.

Nous avons des sculptures, des formes géométriques simples, mais aussi une collection intitulée «Collection fusion» qui littéralement fusionne le bois et une autre matière, la résine. Toutes mes réalisations sont unisexes, elles conviendraient parfaitement aux hommes comme aux femmes. Je fabrique des boucles d’oreilles de différents modèles, ainsi que des anneaux. Il y a environ cinq modèles différents avec une option de personnalisation. Je propose également la gravure avec l’alphabet viking. Ce que je fais notamment, c’est un service de commande spéciale. Par exemple, si vous souhaitez une forme précise comme une khamsa (main de Fatma, ndlr), une croix du Sud ou une guitare, je réalise le pendentif selon le goût du client.

-Quel est le type de bois que vous utilisez ?

J’utilise trois types de bois : du sapelli que j’apporte du Congo, du hêtre et de l’olivier local.

-Si vous êtes débutant dans l’artisanat, comment vous vous ravitallez en bois et en résine ?

C’est très simple, c’est grâce à des contacts comme mon ami menuisier qui me fournit en bois. C’est cet ami là qui se déplace vers les ébénistes. Et moi, ce que je fais, j’en lui rachète en petite quantité. Pour ce qui est de la résine, elle est importée d’Italie par un autre ami. Il faut savoir que c’est une résine spéciale pour les bijoux et non une résine industrielle. De plus, cela coûte quand même assez cher. Pour un pot de 600 ml environ, il faut compter 12 000 Da. D’ailleurs, c’est ce qui fait augmenter un peu le prix de mes articles. Toutefois, j’essaye de rester très abordable. Les prix des colliers varient de 1000 à 1500Da. Pour les boucles, elles sont à 2000 Da si c’est une composition de deux éléments comme avec la résine et le bois. Quant aux anneaux, leur prix est de 1400 Da.

-Quel est votre objectif à travers ces créations ?

Avant tout, je suis un étudiant en cinquième année d’architecture. J’ai pour objectif de développer ma marque, celle que je viens de créer en septembre. Donc, je vais commencer comme ça avec du bois et de la résine pour faire des accessoires. Par la suite, je souhaite réaliser ma marque de mobilier d’intérieur.

-Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de créer ce type d’accessoires ?

En fait, j’avais une passion pour le bois, et concrètement, c’est de là que cela a débuté. Je cherchais ce type d’accessoires, par exemple des colliers et des anneaux en bois pour ma collection personnelle, car j’aime en porter. Puis, un jour, j’ai décidé d’en confectionner pour moi-même. Mon entourage et mes amis ont également beaucoup apprécié et m’ont même demandé de leur en confectionner. Chose que j’ai acceptée. Ensuite, je me suis dit que si ça plaisait à mes amis, pourquoi ne pas faire une large gamme et créer une page Instagram ; ainsi, les gens que cela intéresserait peuvent passer commande. Ainsi, je leur réaliserais un bijou unique en son genre.

-D’où proviennent toutes vos inspirations ?

Il faut savoir que tout est dans un esprit simple et épuré. Je suis une charte de couleurs assez précise avec des nuances de gris, de beige, de taupe et de bleu. Ce qui m’inspire, c’est surtout la nature et tout ce qui se rapproche aux tribus ethniques, comme par exemple vous avez des éléments qui sont autour des tribus amérindiennes, islamiques… mais cela varie. Ce choix ethnique s’explique par une volonté d’apporter un peu de mixité sociale dans mes créations.

-Combien de temps vous faut-il pour confectionner un accessoire ?

Pour faire un anneau ou un collier, il me faut deux ou trois heures de travail par élément, et c’est dans mon atelier, chez moi dans un garage aménagé, que je laisse libre cours à mon imagination. De plus, chaque élément que je crée possède une carte d’authenticité, car chaque pièce a un numéro propre à elle et aucune pièce ne ressemble à l’autre.

-Quels sont les outils que vous utilisez ?

Pour découper les grosses pièces, c’est avec des machines spéciales de menuiser. Mais après, pour tout ce qui relève de la précision, ce sont des outils de bijoutier tels qu’une lime ou scie de bijoutier. J’ai investi une petite somme dans tout mon matériel et j’ai lancé ma marque.

 

Propos recueillis par  Amina Semmar

 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!