Hamdi Benani est décédé hier à l’hôpital de Annaba : L’ange blanc rejoint le ciel | El Watan
toggle menu
mardi, 20 octobre, 2020
  • thumbnail of elw_30092020






Hamdi Benani est décédé hier à l’hôpital de Annaba : L’ange blanc rejoint le ciel

22 septembre 2020 à 10 h 52 min

Le chanteur du malouf annabi, Hamdi Benani, est mort. Agé de 77 ans, il a rendu l’âme hier matin, vers 8h30, à l’hôpital de Annaba, où il a séjourné près de deux semaines suite à une contamination à la Covid-19.

L’Ange blanc a, ainsi, rejoint le ciel laissant derrière lui d’innombrables proches et fans inconsolables. Il a été enterré hier après-midi, au cimetière familial de Sidi Aissa, au piedmont de l’Edough.

Né à Annaba le 1er janvier 1943, ce chanteur, hors du commun, a inscrit l’histoire du malouf annabi en lettres d’or. «Ici même, dans notre ville de Annaba, dite ‘‘la coquette’’ à l’époque, je ne puis oublier ce jour d’un certain août 1959 où, à l’occasion d’un radiocrochet, accompagné de l’orchestre bônois Abanera, j’ai obtenu le premier prix en interprétant une chanson d’Eddy Constantine, portant le titre Je suis un sentimental», avait déclaré Hamdi Benani, en décembre 2018, lors de la cérémonie de sa décoration de l’Ordre des arts et des lettres, au grade d’officier, par Xavier Driencourt, l’ancien ambassadeur de France en Algérie. Et d’abonder : «Depuis plus d’un demi-siècle, je chante pour la paix, pour l’amour et pour le bien de l’humanité.»

Encouragé, en effet, par son oncle, un musicien du défunt maître Ahmed El Kourd, il est devenu l’ambassadeur de la chanson malouf de l’Est algérien, au Maghreb et dans le monde. Cet artiste, pas comme les autres, est aussi un amoureux de la chanson française. Avec la couleur de son violon blanc, il est devenu l’Ange blanc. Connu ici et ailleurs, il a parcouru les scènes d’Algérie et au-delà en chantant l’amour et la paix.

Depuis près de 60 ans, il n’avait pas cessé d’interpréter et moderniser le malouf et n’avait jamais eu peur de se confronter à d’autres musiques dans le monde. Il a bousculé les dogmes de la musique malouf, en introduisant, dans les années 1970, la batterie, la basse et la guitare électrique. Une véritable révolution du malouf algérien, dont le mérite de son expansion revient en grande partie à cet infatigable artiste. Sa dernière tournée avec le groupe électrique Speed Caravane illustre sa modernité et son ouverture d’esprit, rares dans le milieu des puristes.

Il était confronté à d’autres grands artistes et avait même chanté devant des chefs d’Etat en Algérie. A ce titre, il a été décoré par Abdelaziz Bouteflika. Unique dans son genre, Benani avait même suscité la curiosité des écrivains et poète, dont Kamel Derdour.

En mai 2010, ce poète annabi lui avait consacré un ouvrage. Intitulé Un ange blanc dans un ciel bleu ou la vie en rose, ce livre évoque l’itinéraire professionnel de Hamdi Benani et sa contribution à la promotion du malouf dans la ville de Saint-Augustin, d’El Ghriba ou de Sidi Bou Merouane.

Repose en paix Hamdi. Tes nombreuses chansons, entre autres, Jani ma jani, Bellah ya Hamami, Ainine lahbara, Rasse el hamra ou encore On est resté des amis, raisonneront aussi longtemps que le soleil brillera sur la terre. Adieu l’artiste.

Réactions

Safy Boutella  (Compositeur et producteur)

«Avec Hamdi Benani, nous perdons un grand artiste d’une sensibilité rare et toujours souriant. Populaire et novateur dans son genre, il ne s’est jamais contenté de suivre le mouvement. Il avait chanté pour mon mariage ! Adieu l’artiste. Rabbi Yerahmek.»

Traina d’Alger ( Groupe de Gypsy)

«Terrible nouvelle, la famille artistique de nouveau endeuillée avec le décès de notre grand Hamdi Benani. L’Ange blanc tire sa révérence. Allah Yerahmek cheikh.»

Samir Toumi (Chanteur de hawzi, andalou)

«Très peiné d’apprendre la disparition de notre ami, frère et grand artiste Hamdi Benani. Rabbi Yerahmek weywessa3 3Lik.»

Amel Wahby (Chanteuse)

«Un grand artiste et père Hamdi Benani nous a quitté Allah Yerahmou.
J’ai eu l’honneur de chanter avec lui à plusieurs occasions. Un artiste toujours à l’écoute avec un énorme cœur. Toutes mes condoléances à sa famille et surtout son fils artiste aussi, Kamel Benani. Je suis vraiment très triste et peinée.»

Lila Borsali (chanteuse d’arabo-andalou)

«La triste nouvelle tombe comme un couperet… On commence par faire un déni, on commence par refuser l’idée même de la disparition de l’être cher… Et puis l’amère réalité s’impose, ne laissant aucun doute… Affligée, bouleversée : il n’y a pas d’autres mots pour dire combien j’ai été affectée par la perte de notre grand cheikh Hamdi Benani. Un immense artiste au sens le plus entier du terme… Alors qu’il était indéniablement de ceux qui ont marqué leur temps de leur style, de leur présence, il est toujours resté très simple, très modeste. Sans compter que, toujours à l’écoute des autres, il était très sensible, très réceptif à toute expression artistique et particulièrement musicale, a fortiori quand elle émanait de jeunes artistes.

Personnellement, à chaque fois que nous avons eu le plaisir de nous croiser lors d’événements, il n’a jamais manqué de m’encourager de son sourire, de ses paroles, de ses ondes toujours positives. Je tiens en plus à dire que j’ai eu le bonheur et l’immense privilège d’enregistrer avec lui une émission culturelle qui sera diffusée incessamment.

Un grand moment de bonheur et d’émotion, une rencontre marquée par sa bonne humeur permanente et son large sourire… Un peu comme si Dieu m’avait accordé la chance de fixer cette dernière image de lui dans une sorte d’immortalisation de l’homme et de son art !
Mes sincères condoléances à toute sa famille et plus particulièrement à son fils Kamel, que j’avais eu le plaisir de recevoir avec son père… comme si, dans le sillage du père, leur deux présences prenaient le sens d’une ultime recommandation au jeune artiste à s’assumer dans la même mission, à s’investir dans la même relation à l’art. La mort doit être une nouvelle vie…» 

L’Ambassade des Etats-Unis

«Nous sommes attristés d’apprendre la mort du légendaire musicien Hamdi Benani. Benani était peut-être le musicien le plus en vue du malouf, un genre musical qui trouve ses racines en Andalousie. Que Dieu ait son âme. Nos pensées et nos prières accompagnent sa famille en cette période difficile.»

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!