«Femmes d’Alger» séduisent New York | El Watan
toggle menu
mardi, 04 août, 2020
  • thumbnail of elwatan04082020




Les Femmes d’Alger (version O)», toile peinte en 1955 par le maître espagnol Pablo Picasso (l881-1973), avait été estimée à 140 millions de dollars.

«Femmes d’Alger» séduisent New York

13 mai 2015 à 10 h 00 min

Disputée par quatre à cinq acheteurs potentiels, elle a, sans difficulté, battu le record détenu par le triptyque de
Francis Bacon, «Trois études de Lucian Freud»,  adjugé 142,4 millions de dollars chez Christie’s New York en 2013. Les enchères, menées par Jussi Pylkkanen, président international de Christie’s, avaient commencé à 100 millions de dollars.

Elles ont duré 11 minutes et demie, se terminant sous des applaudissements nourris. «Les Femmes d’Alger (version O)», réalisée par Picasso en hommage à Henri  Matisse, décédé en novembre 1954, avait été vendue chez Christie’s en 1997 pour 32 millions de dollars. Selon la maison d’enchères, c’était l’un des derniers grands Picasso dans une collection privée.

Dans un secteur où les prix ne cessent de grimper, Christie’s a aussi battu le record mondial pour une statue avec «L’homme au doigt» du Suisse Alberto Giacometti. Ce bronze longiligne de 1,77m, dont il n’existe que six moulages au monde, estimé à 130 millions de dollars, a été adjugé en trois minutes 141,28  millions de dollars, là encore sous les applaudissements.


Contexte de la Guerre d’Algérie

C’est sûr, Picasso, en 1955, fut immanquablement inspiré par l’Algérie dont le nom résonnait pour ne pas dire tonnait à travers la Guerre d’Algérie,  la Révolution anticoloniale française de novembre 1954 et puis, bien sûr, par un certain Eugène Delacroix (1798 -1863), auteur mythique de l’œuvre «Femmes d’Alger dans leur appartement». En 1832, Eugène Delacroix entreprend un voyage initiatique au Maroc et en Algérie, où il séjournera du lundi 18 au jeudi 28 juin 1832. A Alger, il aurait été autorisé à visiter le harem d’un corsaire turc, une révélation qui lui inspira la toile «Femmes d’Alger dans leur appartement», qui le marquera jusqu’à mort. Picasso concevra une quinzaine de versions de la toile «Femmes d’Alger» avec en prime deux lithographies.

Et puis, l’hommage appuyé à Matisse, son ami, son «ennemi» intime, son rival, son pair. «J’ai le dessin et je cherche la couleur, et toi c’est l’inverse», disait Picasso à Matisse. Une complicité à géométrie variable. Cubique,
quoi ! La jonction de «Femmes d’Alger dans leur appartement» d’Eugène Delacroix et «Femmes d’Alger» de Picasso sera un référent de la regrettée écrivaine Assia Djebar. D’ailleurs, éponyme, Femmes d’Alger dans leur appartement (1980).
Belles et rebelles
Le pitch de ce recueil de nouvelles résume : «En 1832, dans Alger récemment conquise, Delacroix s’introduit quelques heures dans un harem. Il en rapporte un chef-d’œuvre, ‘‘Femmes d’Alger dans leur appartement’’, qui demeure un ‘‘regard volé’’ de
Delacroix et Picasso.

Un siècle et demi plus tard, vingt ans après la guerre d’indépendance dans laquelle les Algériennes jouèrent un rôle que nul ne peut leur contester, comment vivent-elles au quotidien, quelle marge de liberté ont-elles pu conquérir ? Dans ce recueil de nouvelles publié pour la première fois en 1980 et ici augmenté d’une longue nouvelle inédite, La Nuit du récit de Fatima, Assia Djebar raconte le vécu, la difficulté d’être, la révolte et la soumission, la rigueur de la loi qui survit à tous les bouleversements et l’éternelle condition des femmes. Langage de l’ombre, souvent prémonitoire au regard de l’histoire immédiate, Femmes d’Alger dans leur appartement est devenu un classique dans de nombreux pays où il a reçu un accueil exceptionnel…».



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!