Décès du comédien et humoriste Farid «Rockeur» : Il avait toujours le mot pour rire | El Watan
toggle menu
mercredi, 07 décembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Décès du comédien et humoriste Farid «Rockeur» : Il avait toujours le mot pour rire

13 juillet 2021 à 10 h 08 min

Farid Kessaïssia alias «Farid Rockeur», cette bonne bouille dodue, joviale, ce personnage burlesque qui a décoincé les zygomatiques des générations de téléspectateurs algériens, sa disparition prématurée nous attriste profondément.

Celui qui nous faisait rire nous plonge dans une affliction. Celui qui nous faisait dilater la rate, poiler – maintenant aux larmes – est parti tel un «clown» mélancolique. Quand on évoque Farid «Rockeur», c’est l’histoire de la télévision algérienne avec les émissions Bled Music avec les légendaires Aziz Smati, Mohamed Ali Allalou, Kamel Dynamite, Bouzelzel, Kabsa Chema, les programmes radiophoniques, tels que Contact, les sitoms Nass M’lah City, Djemaï Family, les caméras cachées… C’était un visage familier des téléspectateurs algériens.

Un ami qui vous veut(fait) du bien

Quand vous rencontrez Farid Rockeur, c’est quelqu’un qui brasse de l’air et large. Tant est-il unique en son genre. C’est-à-dire amical, agréable, marrant et distrayant. Il prend de la place. C’était quelqu’un d’une grande modestie. Dans la rue, à la place Audin, à Alger, sur les terrasses de cafés riveraines, Farid Rockeur était le loup blanc. Les passants anonymes, les admirateurs, les artistes, ses collègues, des sans-abri – oui, ils le reconnaissaient –, venaient le saluer ou apprécier un gag, une blague, une anecdote…

C’était un beau parleur, un «jazzeur», un disert… Avec lui, c’était imparable. On ne s’ennuie guère. Il avait toujours le fin mot, la ritournelle, la trouvaille, la phrase «assassine», tueuse, si on voulait se mesurer à lui. C’était le roi de la joute oratoire. Cet humoriste, ce comédien, ce saltimbanque, c’en est un, était un candide, talentueux et professionnel.

Dont la profession de foi est de procurer du plaisir, de la joie, de l’espoir aux gens, aux téléspectateurs, à son prochain. Farid Rockeur porte bien son nom. Sous l’apparence désopilante et «farfelue» – pour certains –, Farid était un fin connaisseur de musique et culture rock. Une encyclopédie du rock, pop… Il peut disserter des heures entières sur les Smiths, Johnny Marr. Dans ses sketchs, il pastichait : «J’en ai marre», The Cars, Sharif Dean (Do You Love Me), un rocker des années 1960, Memphis Slim, Carte de Séjour, Rachid Taha qu’il adorait, nous l’avions rencontré à Sig, le jour de son inhumation…

Fier de ses racines et «roots rock»

Nous nous souvenons, non sans amertume et pincement au cœur, des appels téléphoniques incessants qu’il nous passait. Soit pour annoncer un décès d’un artiste, commenter un événement musical, proposer une découverte, un nouveau talent, telle cette jeune jazzwoman algérienne vivant en France, accompagner le grand Rachid Bahri, l’enfant de Belcourt, son ami, son imprésario devant organiser devant ses prochains concerts en Algérie… Dommage, quelle perte !

C’était un mélomane et un fervent défenseur de la musique et culture algériennes. Il vénérait Cheb Hasni, qu’il avait côtoyé, respectait énormément l’immense producteur de raï, Boualem Disco Maghreb, dans les années 1980 et 1990. Féru de raï, nous l’avions croisé en 2018, à Aïn Témouchent, à l’occasion du festival de la trompette initié par le maître du genre, l’un des précurseurs du style raï, Messaoud Bellemou…Farid se déplaçait partout en Algérie pour échanger à propos de musique, cinéma, télévision. Ayant dirigé le défunt Farid Rockeur, dans Nass M’lah City et Djemaï Family, le réalisateur Djaâfar Gacem (Achour El Acher, Heliopolos…), saluera sa mémoire dans un post sur le mur de son compte Facebook : «C’est avec une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès de Farid El Rockeur, un ami et un artiste avec qui j’ai partagé beaucoup de choses. Repose en paix mon frère, tu nous manqueras beaucoup… Mes condoléances à la famille Kassaissia…»

Le ministère de la Culture et des Arts, à travers Mme Wafa Chaâlal, la nouvelle ministre de tutelle, s’est fendu d’un communiqué sur sa page Facebook en présentant ses condoléances à la famille Kessaïssia et soulignant la place du regretté Farid Rockeur dans le cœur des Algériens et son talent unique de comédien et humoriste. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!