«Certains milieux français veulent occulter le fondateur de l’Etat algérien, l’Emir Abdelkader» | El Watan
toggle menu
mardi, 17 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Rabah Drif. Scénariste, poète et journaliste

«Certains milieux français veulent occulter le fondateur de l’Etat algérien, l’Emir Abdelkader»

28 novembre 2021 à 10 h 00 min

Le poète, journaliste et ex-directeur de la culture de la wilaya de M’sila, Rabah Drif, 43 ans, est surtout connu pour être un scénariste productif ayant écrit les textes des films Edil Wel Kindil de Rim Laaredj, Serkadji de Mohamed Sahraoui, le documentaire Belakcem Zeddour, la série Ibn Badis de Amar Mohsen, le long métrage Ibn Badis de Bassil El Khatib, Ahmed Bey de Jamal Shoorjeh ou encore le récent Saliha (Ould Kablia) de Mohamed Sahraoui. Toujours animé par cette quête historique algérienne, il vient d’écrire et ficeler un scénario sur le père de l’Etat algérien, l’Emir Abdelkader.

– Vous avez écrit et ficelé un scénario sur une figure emblématique historique nationale et universelle, l’Emir Abdelkader…

Après le succès du film Ibn Badis, j’ai été à Mascara, en 2017, pour sa projection dans une salle locale.

La rencontre avec le public mascaréen, des cinéphiles, des intellectuels, des anonymes enthousiastes m’ont encouragé à penser et à écrire un scénario sur ce grand homme, l’Emir Abdelkader. Un scénario digne de ce nom.

Car depuis l’indépendance, depuis 1962, il n’y a pas eu de scénario à la hauteur de de l’Emir Abdelkader. L’Emir Abdelkader est le fondateur de l’Etat algérien, un soufi, un stratège militaire et ayant une dimension universelle.

Alors qu’Ahmed Bey était un résistant… C’est à ce moment-là que j’ai commencé à réfléchir à un projet de scénario et de film sur l’Emir Abdelkader.

Après avoir réuni toutes les sources portant sur l’Emir Abdelkader, je me suis enfermé, j’ai entamé l’écriture du scénario sur l’Emir Abdelkader, et ce, jusqu’à 18 heures de travail par jour. Une série cinématographique de quatre épisodes.

Car on ne peut retracer la vie de l’Emir Abdelkader dans un film de deux heures, c’est difficile, cela relève de l’impossible. C’est pour cela que je suis parti sur le format de quatre films dramatiques d’une durée de deux heures chacun, à l’image de Netflix…

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!