Art pictural : Décès du plasticien Noureddine Ferroukhi | El Watan
toggle menu
mardi, 28 septembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021






Art pictural : Décès du plasticien Noureddine Ferroukhi

04 avril 2019 à 10 h 00 min

L’artiste peintre et plasticien Noureddine Ferroukhi s’est éteint, hier, à l’aube, à Marseille, suite à une longue maladie.

Figure active des arts plastiques en Algérie, le plasticien Noureddine Ferroukhi a tiré sa révérence, à l’âge de 60 ans, laissant derrière lui un legs inestimable. Ayant œuvré toute sa vie pour le rayonnement de la peinture algérienne, le défunt était connu pour sa modestie et sa gentillesse. Diplômé de l’Ecole nationale supérieure de l’Ecole des Beaux-Arts d’Alger en céramique et peinture, Noureddine Ferroughi était maître-assistant en histoire de l’art dans cette même école. Il était également détenteur d’un diplômé en muséologie de l’Ecole du Louvre (Paris) et en conservation/musée option art moderne et contemporain de l’Ecole nationale du patrimoine (Paris). Il était aussi détenteur d’un DEA en histoire de l’art obtenu à la Sorbonne, Paris I, et d’un doctorat en histoire de l’art à Nanterre, Paris X.

Ce grand théoricien de l’art et de la peinture a chapeauté plusieurs expositions en qualité de commissaire. Ayant plus d’une corde à son arc, il a produit et animé une série d’émissions radiophoniques et télévisuelles sur l’art. Il a occupé des postes de responsabilités. Preuve en est, de1990 à 1993 puis de 1998 à 2009, il a été, au Musée des Beaux-arts d’Alger, chargé des relations publiques et des expositions, et attaché de conservation et de restauration.

Il a été responsable de la conception muséographique du musée Dinet de Bou Saâda, et commissaire de l’exposition : «Fonds art et révolution», de la Maison de culture de Annaba. Il a été, en outre, chargé des arts plastiques pour «L’année de l’Algérie» en France, en 2003, et commissaire de l’exposition «Alger, capitale culturelle arabe», Musée national d’art moderne et contemporain d’Alger, pour la 2e édition du Festival panafricain d’Alger. Il était l’un des membres actifs du comité de sélection du Festival international d’art contemporain d’Alger (FIAC).

Il avait fondé en 2001, en compagnie d’autres artistes, le groupe Essabaghine. Natif de Miliana, Nourreddine Ferroukhi a exhibé sa dernière exposition individuelle, «Brin d’amour», à la galerie privée Yasmine. En 2018, quelques-unes de ces œuvres ont également participé à l’exposition collective «La peinture algérienne dans sa diversité» à Paris.

Ce grand monsieur laisse une famille artistique fortement éplorée. Les éloges n’ont pas tari depuis l’annonce de sa mort. Le plasticien Zouhir Hellal témoigne que le défunt était un artiste de talent : «Mon ami, un enseignant engagé et respecté par toute la communauté artistique, était d’une sensibilité à fleur de peau, un homme de conviction qui a consacré sa vie à l’art et à sa peinture.»

Abondant dans le même sens, le designer Rédha Ighil s’est dit très ému par cette triste disparition. «Il a eu, nous dit-il, un parcours exemplaire. Il était très apprécié dans le monde de l’art des deux côtés de la rive, un homme humble et généreux toujours à l’écoute des autres.» Il est à noter que que l’enterrement de Nourreddine Ferroukhi aura lieu à Alger. A l’heure où nous mettons sous presse, la date du rapatriement du corps du défunt n’a pas encore été confirmée.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!