Festival Culturel International de Musique Symphonique : Accords parfaits | El Watan
toggle menu
vendredi, 15 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191114


Festival Culturel International de Musique Symphonique : Accords parfaits

15 octobre 2019 à 9 h 05 min

Le concert de dimanche soir à l’Opéra Boualem Bessaïeh, à Ouled Fayet, à l’occasion de la 11e édition du Festival culturel international de musique symphonique, se tenant du 12 au 17 octobre, aura été un bonheur mélomane triple. La Tchéquie, l’Egypte et la France étaient à l’honneur.

Dix-sept pays, dont l’Algérie, participent à ce carrefour mélomane devenu incontournable. La Tchéquie, la Suisse, la France, la Corée du Sud, l’Italie, la Turquie, l’Autriche, la Suède, le Japon, la Russie, l’Allemagne, la Tunisie, la Syrie, l’Ukraine, la Chine et l’hôte d’honneur de cette année est l’Egypte. Ainsi, dimanche soir, la Tchéquie, l’Egypte et la France défendaient leurs couleurs nationales.

Et si l’on passait après un autre pays, il fallait faire mieux, en mettre plein la vue et les oreilles. La Tchéquie ouvrira le bal et non pas les «hostilités». Avec l’ensemble Apertus. Une formation emmenée par des jeunes.

Car le Festival culturel international de musique symphonique 2019 est placé sous le signe qui ne se fossilise : «Les jeunes fêtent la musique». Un coup de jeune opéré et initié par le commissaire du festival, Abdelkader Bouazzara. Il s’agit de donner sa chance aux jeunes.

A l’image de Lotfi Saïdi, un jeune maestro, qui a dirigé admirablement et sans complexe la cérémonie inaugurale du festival, le ténor algérien, Imad Eddine Eddouh et la chef de chœur de la chorale Ranime, Mme Wieme Banamar Hammouda. La soprano tchèque, Tereza Stepankova montrera une théâtralité dans sa voix de cristal tout en montant dans les aiguës sur du Dovarak, Schumann, Piatti ou encore du Smetana.

Suprême soprano

Tereza Stepankova a étudié au Conservatoire de musique de Pilsen où elle apprendra le chant classique pendant trois ans sous la férule de la professeure Valentina Cavdarová. De 2014 à 2017, elle a fréquenté le conservatoire de musique de Pardubice en suivant les cours du professeur Jarmila Chaloupková. En 2014, elle séjournera à Limoges (France) pour parfaire ses connaissances au conservatoire de cette ville.

Depuis 2013, elle collabore avec le ténor et pédagogue italien Antonio Carangelo et participant aux cours à Vienne (académie Carangelo belcanto) et des master classes (Karlovy Vary, Zábreh). En 2019, elle a participé activement à la Master class de KS Edita Gruberova à Bad Häring (Autriche.

Tereza Stepankova a également obtenu des prix de plusieurs concours. Par exemple le Concours international de chant Antonín Dvorák 2016 de Karlovy Vary (catégorie Espoirs de l’Opéra, 1er prix), le concours de chant 2016 à Olomouc (1er prix).

Avant de monter sur scène, Tereza Stepankova, on la surprendra dans sa loge en train de faire des vocalises, c’est sûr, cette jeune artiste fait dans l’art lyrique, le grand. Elle nous confiera : «Je suis très ravie de venir ici, à Alger, pour me produire devant le public algérien. Je suis touchée par tant de générosité et sympathie des Algériens.

Et puis, la gastronomie traditionnelle est succulente, j’adore, merci.» Et sans omettre ses compatriotes, le pianiste Jakub Skampa et le violoncelliste Vilem Vleck, qui exprimeront cette fraîcheur instrumentale. Un pur bonheur mélomane.

Koechel 440 : l’indice de l’élégance

Le pays hôte du festival culturel international de musique symphonique, l’Egypte, aura été l’auteur d’une prestation pharaonique sous la direction du vieux briscard, le maestro de renommée mondiale, Ahmed El Saedi. Au menu, du Mozart. Avec l’apport du «pianoman», comme dirait Billy Joël, Yasser Ali Mokhtar, une autre grosse pointure, qui a été aussi longuement applaudi que le chef d’orchestre, Ahmed El Saed. Il faut le dire, Yasser Ali Mokhtar est un virtuose des notes blanches, noires et mêmes bleues.

La France sera représentée par l’ensemble Koechel 440. Une association de musique de chambre dont le sacerdoce se résume en ce slogan triptyque : «Partager, vivre et faire vivre la musique.» L’association Koechel 440 a été créée en 2008 par Frédéric Bizet et Samuel Etienne, professeurs en conservatoire et directeurs artistiques de l’association. Ses membres sont de jeunes musiciens d’Ile-de-France, de niveaux différents, mais tous passionnés de musique.

La vocation principale de l’association est en effet de réunir autour de projets communs des musiciens amateurs, en voie de professionnalisation, ou déjà professionnels. Les jeunes musiciens peuvent ainsi être sensibilisés aux métiers de la musique, prendre des initiatives, élaborer des projets de formes diverses…

L’ensemble instrumental K440 est à géométrie variable (musique de chambre et orchestre). Il a été programmé à plusieurs reprises dans la saison musicale du conservatoire de Savigny-le-Temple en partenariat avec la scène nationale de Sénart (Week-end Fortissimo), et participe également à de nombreux concerts dans le cadre de la fête de la musique, de festivals, ou d’événements caritatifs.

Koechel 440, dirigé avec brio par le chef d’orchestre, François Maugrenier, un ami des artistes, du public algérien et du festival. Il n’est autre que le directeur actuel de l’Institut français de Tlemcen.

Là aussi, Mozart ressuscite. La formation Koechel 440 est allée crescendo, forte et fortissimo. La preuve, la «french touch» a réussi à arracher de longues ovations et des «bravos» à l’issue des prestations de la soprano Géraldine Casey et du virtuose, le clarinettiste, Reanaud Guy-Rousseau, un pivot du Koechel 440.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!