36e édition de la Mostra de Valencia-Cinéma del Mediterrani : Le film bosniaque So she doesn’t live, remporte la Palme d’or | El Watan
toggle menu
mardi, 30 novembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021





36e édition de la Mostra de Valencia-Cinéma del Mediterrani : Le film bosniaque So she doesn’t live, remporte la Palme d’or

26 octobre 2021 à 10 h 17 min

La 36e édition de la Mostra de València-Cinema del Mediterrani touche à sa fin. Dix jours ont servi à offrir un panorama des différentes et plus récentes propositions narratives et visuelles de l’écosystème cinématographique et géographique qui couvre la Méditerranée.

Le film de Faruk Loncarevic était en effet l’une des propositions les plus risquées de toute la sélection officielle. 25 plans en 90 minutes. Un dispositif froid et soutenu pour raconter l’histoire d’une jeune femme harcelée par une exsangue toxique et qui franchit toutes les lignes rouges de la violence machiste.

Le film commence comme une simple succession de conversations et de présentation de personnages, mais un tournant dramatique montre de manière brutale une agression machiste pendant plus d’une demi-heure. Sans ellipses, sans penser trop à l’extérieur. La scène, si inconfortable à regarder sur grand écran, et la mise en scène soulèvent des questions sur la représentation du machisme, sur l’image et sur la brutalité, et appelle aussi une société qui ne semble pas encore prête à la réparation.

La Palme d’argent, quant à elle dotée de 15 000 euros, est allée au réalisateur français Louda Ben Salah-Cazanas et à son premier long métrage Le monde après nous. Le film raconte l’histoire de Labidi, un jeune aspirant écrivain qui voit ses aspirations enfermées à cause de la violence structurelle de la classe ouvrière et d’une génération dont la précarisation est présumée. Il ne propose pas de grands enjeux formels, mais un scénario et un univers narratif très liés au concept de «portrait générationnel». Selon le jury, il mérite ce prix «pour avoir traité avec beaucoup d’honnêteté les relations intimes, en imprimant une charge poétique en apparence légère et, au contraire, chargée de complexité». Une approche simple mais pleine de puissance qui parle de la nécessité de la pillerie pour aller de l’avant face à un système qui étouffe toute une génération, et donc l’amour. Mais il ne tombe jamais dans le défaitisme, mais il transfère la vitalité stupide qui permet d’aller de l’avant et peut finir par s’imposer.

En outre, le jury a décerné les prix suivants : Meilleure réalisation pour Alex Camilleri pour Luzzu ; meilleur scénario pour Sonia Liza Kenterman et Tracy Sunderland pour Tailor ; meilleure interprétation féminine pour Bassant Ahmed et Basmala Elghaiesh pour Souad ; meilleure interprétation masculine pour Dimitris Imellos pour Tailor ; meilleure photographie pour Dusan Joksimovic pour Heavens Above et meilleure bande originale pour Nikos Kypourgos pour Tailor.

En vertu de l’accord de collaboration entre À Punt et Mostra de Valencia, le prix À Punt du public est décerné au film de la Section Informative le mieux évalué par les personnes présentes aux projections de la Mostra. La sélection a été confiée à Broken keys, une production libanaise de Jimmy Keyrouz. Le film se déroule en 2014 dans une ville du Moyen-Orient assiégée par un groupe extrémiste de l’ISIS qui a interdit les modes de vie et la musique modernes. Ce prix implique l’acquisition des droits d’émission par À Punt Mèdia. La Mostra se consolide comme le grand rendez-vous valencien pour les amateurs de cinéma, avec une proposition audiovisuelle soignée et dynamique, qui a son meilleur argument dans la qualité de sa section compétitive.

Espagne
De notre correspondant  Ali Ait Mouhoub


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!