Schéma pour la gestion des déchets ménagers et assimilés dans les communes de la wilaya de tizi ouzou | El Watan
toggle menu
jeudi, 21 janvier, 2021
  • thumbnail of elwatan22112020




Hammoum Arezki. Enseignants/ Ecologie/environnement à l’université de Tizi Ouzou

Schéma pour la gestion des déchets ménagers et assimilés dans les communes de la wilaya de tizi ouzou

26 octobre 2018 à 0 h 48 min

Le schéma national actuel pour la gestion des déchets ménagers et assimilés (DMA), qui consiste à les collecter en mélange et les traiter par enfouissement, n’est pas adapté pour l’Algérie parce que les déchets ménagers et assimilés (DMA) générés en Algérie sont constitués essentiellement de déchets organiques (60% en poids).

L’enfouissement de ces déchets organiques génère des GES et dulixiviat qui sont des sources de pollution et responsables de beaucoup de nuisances.  

– En outre, le mélange des déchets à la source impose de les collecter plusieurs fois par semaine du fait des nuisances que présente la fraction organique, ceci augmente considérablement le coût de la collecte, ceci avec l’’insuffisance des moyens financiers mis à la disposition des communes pour assurer convenablement la collecte.

– Les DMA sont constitués également de déchets recyclables (plastique, papier/carton, emballages métalliques, verre), qui ne peuvent être recyclés quand les déchets sont mélangés à la source. La non- valorisation de ceux-ci, qui sont très volumineux, accélère la saturation des CET.

Ce schéma est encore moins adapté pour la région de Kabylie parce qu’il est encore plus difficile, en Kabylie, pour des raisons topographiques et de dispersion du gisement, d’assurer la collecte des déchets en mélange que l’indisponibilité de l’espace fait qu’il est difficile pour les responsables des collectivités locales de trouver des sites pour la réalisation de CET.

Dans cette région de montagne, pour des raisons topographiques et climatiques (précipitations), le lixiviat non traité généré par les CET, accélère la pollution de l’eau superficielle notamment celle retenue dans les barrages. C’est le cas du CET de Ouacif situé en amont du barrage de Taksebt. Les habitants de cette région se sont toujours opposés à la réalisation de CET. Ils considèrent, à juste titre, que ces installations sont responsables de beaucoup de nuisances.

Le schéma pour une gestion durable, participative et intégrée de ces DMA dans les communes de la wilaya de Tizi Ouzou consisterait à

– Installer des centres de tri de proximité, dans les villages et les quartiers de ces communes. Les habitants apporteront eux-mêmes leurs déchets triés. Sur place, seront traités par compostage les déchets organiques et stockés les déchets recyclables et les déchets ultimes.

Les déchets ménagers et assimilés (DMA) générés dans les communes de la wilaya de Tizi Ouzou sont constitués de trois fractions :

Les déchets organiques. Ils représentent 60% en poids et 20 à 30%  en volume. Ce sont essentiellement des épluchures de fruits et légumes et des restes de repas. Le mode de traitement le plus écologique, le plus économique et donc le plus adapté est le compostage. Le territoire le plus pertinent pour le compostage de ces déchets est le lieu où les déchets sont générés (quartiers, villages). Le traitement sur place de cette fraction, par compostage, permettra de réduire les coûts et les difficultés de la collecte. Des entreprises récupéreront toutefois le compost brut pour l’affiner, le cribler et le commercialiser. Cela permettra d’avoir, grâce à ces entreprises, des activités créatrices d’emploi et génératrices de revenus et aussi de produire un  engrais  organique de qualité pour l’agriculture. L’utilisation de ce dernier permettra de limiter l’utilisation des engrais chimiques.

Les déchets recyclables. Ils représentent 20% en poids et 40 à 50% en volume. Ce sont des emballages métalliques, en papier/carton, en plastique et en verre. Ces matières premières secondaires seront récupérées par des entreprises pour les recycler. Là encore, d’innombrables activités, créatrices d’emploi et génératrices de revenus seront mises en place. Cela va nécessiter, sans doute, d’organiser les différentes filières pour partager équitablement, entre les différents acteurs, les revenus qui seront générés.

Les déchets ultimes. Ils représentent 20% en poids et 20 à 40% en volume. Ce sont essentiellement les pots de yaourt, les emballages en plastique ou papier non recyclables, les couches bébés,… Les déchets ultimes (non organiques et non recyclables) doivent être pris en charge par des entreprises sur des territoires de plusieurs communes pour les traiter par incinération dans une installation répondant aux normes environnementales et permettant la production de chaleur. La gestion de cette fraction (collecte et traitement) peut se faire dans le cadre d’une délégation de service public.

La gestion des Déchets ménagers et assimilés (DMA) doit se faire en impliquant, de plus en plus, les entreprises, mais aussi, les habitants et les organisations de la société civile (les comités de village, les associations…) et de moins en moins l’administration. En outre, la gestion des DMA doit être la plus locale possible.

Le nouveau schéma proposé pour la gestion des Déchets ménagers et assimilés (DMA) dans les communes de la wilaya de Tizi Ouzou, qui consiste à les trier dans les quartiers et les villages et à les valoriser par compostage et recyclage, est une stratégie novatrice qui s’inscrit dans le cadre du développement durable et du développement local. Il présente plusieurs avantages, comme l’amélioration de la qualité de notre environnement, l’augmentation de la durée de vie des CET par la réduction des quantités de déchets à traiter par enfouissement en les valorisant par compostage et recyclage, la création d’emplois dans l’économie verte et l’économie locale et l’implication des habitants dans la gestion de leurs déchets.

Toutefois la mise en œuvre d’une stratégie aussi ambitieuse va nécessiter la mise en place du tri sélectif en amont et la création de beaucoup d’entreprises. Cela va nécessiter beaucoup de formations, beaucoup d’accompagnement, beaucoup de persévérance et surtout beaucoup de courage de la part des responsables en charge de la gestion des déchets. Le tri sélectif des déchets va nécessiter beaucoup de sensibilisation, de communication, de temps. Le changement de comportement des producteurs de déchets prendra plusieurs années et la création d’innombrables petites entreprises et l’organisation des différentes filières va nécessiter également de nombreuses années. 

Ce nouveau schéma est plus conforme à la règlementation algérienne notamment la loi 01-19 du 12 décembre 2001  à la gestion, au contrôle et à l’élimination des déchets, qui pose dans son article 2, les principes suivants:

– la prévention et la réduction de la production et la nocivité des déchets à la source ;

-l’organisation du tri, de la collecte, du transport et du traitement des déchets ;

-la valorisation des déchets par leur réemploi, leur recyclage ou toute autre action visant à obtenir, à partir des déchets, des matériaux réutilisables ou de l’énergie ;

-le traitement écologiquement rationnel des déchets ;

-l’information et la sensibilisation des citoyens sur les risques présentés par les déchets et leur impact sur la santé et l’environnement, ainsi que les mesures prises pour prévenir, réduire ou compenser ces risques.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!