Quand un Franco-Algérien répond au président Macron (1re partie) | El Watan
toggle menu
lundi, 18 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021





Quand un Franco-Algérien répond au président Macron (1re partie)

12 octobre 2021 à 10 h 03 min

Les récentes déclarations du président Macron à l’égard de l’Algérie sont surprenantes et prouvent qu’il ne connaît pas les Algériens, leur Histoire et surtout l’âme de cette nation. Il est surtout un habile homme politique qui sait manier les discours pour obtenir ce qu’il souhaite, sauf que sur cette question mémorielle son discours a évolué au fil du temps avec un recul sensible que les Algériens ne peuvent tolérer, le président Tebboune en premier.

1. Le Président Macron face à la mémoire de nos chouhada ou la nation algérienne avant la conquête française

Lorsque le président Macron affirme en date du 30 septembre 2021 devant un parterre de jeunes Franco-Algériens : Est-ce qu’il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? Ça, c’est la question» rappelant qu’il y a eu «de précédentes colonisations».

Il s’égare d’une manière violente car il semble vouloir insinuer que la nation algérienne n’a jamais existé et qu’elle s’est constituée à partir de la conquête et de la colonisation françaises. C’est une offense caractérisée à la mémoire de nos chouhada qui ont sacrifié leurs vies pour que l’Algérie redevienne une nation libre et indépendante comme elle l’était avant la conquête française. Il semble vouloir nier que l’Algérie était déjà une contrée avec plusieurs provinces globalement unies dès le VIIIe siècle avec l’Empire omeyyade et ensuite, dès le XIIe siècle, par l’Empire des Almohades avec une religion commune, l’islam, qui était le ciment constitutif d’une nation-empire.

Les Turcs au XVIe siècles via les frères Barberousse ne feront que consolider cet Etat-nation avec son administration centrale, sa monnaie, ses impôts, ses ambassadeurs et son identité commune toujours articulée autour de cette religion musulmane, le pilier fondateur de la nation algérienne. Rappelons que la France coloniale n’a jamais voulu accorder les mêmes droits aux indigènes algériens parce que musulmans, cette religion qu’il fallait martyriser pour fracturer l’identité et la nation algérienne avant la présence française.

2. La mémoire des chouhada est le socle de l’identité algérienne

Lorsqu’ Emmanuel Macron poursuit ce 30 septembre 2021 en affirmant : «Après son indépendance en 1962, l’Algérie s’est construite sur ‘‘une rente mémorielle’’, entretenue par le ‘‘système politico-militaire’’», (président Macron), il oublie que l’âme des Algériens n’oubliera jamais le sacrifice de ses chouhada. Tous les subterfuges utilisés hier et aujourd’hui, en France et en Algérie par des relais divers, ne pourront s’imprimer dans la mémoire collective algérienne qui n’est pas falsifiée par une rente mémorielle mais simplement la demande incompressible de défendre la dignité et le respect de millions d’Algériens qui ont subi le joug colonial français. Ne pas le faire, tenter de nous rendre amnésiques ou de disposer d’une mémoire au rabais, jamais les Algériens ne l’accepterons et le président Tebboune sera l’un des premiers à le revendiquer, j’en suis convaincu car c’est le cœur de l’identité et de la nation algérienne toute entière passé et présente.

3. L’armée algérienne est fidèle à la mémoire des chouhada

Lorsque que le président Macron prolonge la critique sur le système politico-militaire algérien, il semble vouloir brouiller la lisibilité en habile tacticien ambitieux combinant la mémoire, la politique et les militaires algériens. Comme si l’institution militaire algérienne entretenait des revendications mémorielles pour préserver le pouvoir politique. J’ai toujours défendu la non-ingérence des militaires dans la sphère politique algérienne et certains acteurs ont été coupables dans le passé de faits graves à ne pas confondre avec l’institution militaire qui protège depuis toujours l’Algérie. Le glissement opéré par le président Macron sur la relation de l’institution militaire avec la supposée rente mémorielle est une ligne rouge qu’il n’aurait jamais dû franchir.

D’abord parce que ce n’est pas la réalité, l’armée algérienne ne surfe pas sur la rente mémorielle pour exister. Il semble ne pas savoir que cette institution assume pleinement sans instrumentalisation l’héritage de la mémoire des chouhada parce que c’est d’abord une armée populaire, d’enfants du peuple portée par cette mémoire commune tragique de la colonisation française en Algérie. Ensuite, il devrait savoir que les militaires comme tous les enfants d’Algérie ont des grands-parents qui ont été touchés tragiquement par la barbarie coloniale française en Algérie.

Que cette mémoire est une composante incompressible de tous les Algériens, y compris des militaires. Enfin, le président Macron semble ne pas véritablement connaître les spécificités de l’Algérie et surtout l’âme des algériens à l’égard de l’attachement qu’ils portent à leur Armée nationale populaire (Anp). Il devrait savoir, quells que soient les critiques à l’égard de certains acteurs de cette institution, que l’armée algérienne est constituée d’hommes et de femmes qui sont tous – des plus gradés aux simples soldats – des patriotes sur la même exigence, pilier de leurs engagements : une mémoire digne et apaisée qu’on ne peut brader ou offenser.

Apaiser ? A condition que la France reconnaisse pleinement la tragédie coloniale et qu’elle assume ses responsabilités envers les millions de victimes et leurs descendants, dont l’armée algérienne est la digne protectrice. Sans cet engagement de la France, l’institution militaire et les Algériens dans leur ensemble continueront à porter haut la revendication d’une mémoire respectée de leurs chouhada, c’est une question centrale de dignité de toute une nation, armée comprise.

4. Les algériens n’ont pas de haine à l’égard de la France

Lorsque le président Macron évoque aussi «une histoire officielle totalement réécrite» qui «ne s’appuie pas sur des vérités» mais sur «un discours qui repose sur une haine de la France» (président Macron), là encore, la violence des propos est totale car le président Macron devrait savoir que les algériens n’ont pas de haine envers les Français mais globalement de l’amitié, de la fraternité et que le démon colonial n’est pas en Algérie mais principalement en France. Ce démon qui continue de hanter de nombreux Français, représentés par des opportunistes comme Zemmour, Houellebecq, Messiha et tous les autres qui ne peuvent digérer la perte de cette Algérie française, de surcroît avec ces centaines de milliers de Franco-algériens vivant en France aujourd’hui.

Que quelques Algériens comme Daoud, Sansal et les autres soient les complices de cette idéologie française qui revendiquent la haine des algériens à l’égard de la France, c’est leurs postures coupables, je suis à l’opposé de ces nouvelles coqueluches algériennes du paysage médiatico-politique français.

La tactique opérée par la France est toujours la même, des concessions mineures et sur le principal, un déni complet face à un pouvoir algérien peu audible. A l’heure où l’Algérie va célébrer prochainement en 2022 son 60e anniversaire d’indépendance, je suis convaincu que les autorités algériennes sauront répondre d’une manière percutante à toutes ces manipulations. La question de la criminalisation de la colonisation française se pose à nouveau d’une manière plus pressante. Le président Tebboune sera face à la préservation de la mémoire de nos chouhada dont il est le premier responsable et défenseur.

5. Le Président Macron face au hirak

Le chef de l’Etat français poursuit en affirmant : «On voit que le système algérien est fatigué, le hirak l’a fragilisé». Le président français a aussi affirmé avoir «un bon dialogue avec le président algérien, Abdelmadjid Tebboune», ajoutant toutefois : «Je vois qu’il est pris dans un système qui est très dur» (président Macron).

D’abord sur le hirak, le président Macron n’a jamais soutenu ce mouvement populaire, massif et pacifiste, il suffit de rappeler les slogans anti-français et anti-Macron lors des marches pour s’en convaincre : «La France est de retour, jeunes levez-vous !», «Là où arrive la France, c’est la destruction !», «Macron dégage, vous n’êtes pas le bienvenu dans le pays des Martyrs !» «L’Algérie n’est pas à vendre !».

Ensuite, à la question est-ce que le hirak a fragilisé le système en place, ce n’est pas l’objet de ce mouvement qui a révélé pour des millions d’Algériens le besoin de rupture et d’une nouvelle Algérie, y compris dans ses rapports avec la France.

La posture du président Macron semble aussi ambivalente face à un système algérien qu’il soutient depuis le début de sa présidence tout en le critiquant lorsqu’il n’obtient pas gain de cause en utilisant le hirak pour consolider son influence en Algérie. Cette influence qui semble avoir été freinée voire stoppée et c’est bienvenu par les dirigeants algériens dont le premier est le président Tebboune.

Surprise pour le président Macron qui ne s’attendait pas à une telle résistance de l’Algérie prouvant toujours un peu plus qu’il ne connaît pas vraiment l’âme de la nation algérienne.

L’habile stratégie du président Macron sur l’Algérie n’a pas été efficiente car il a surestimé sa capacité de persuasion et d’influence et surtout sous-estimé la coriacité du pouvoir algérien.

Ma conviction finale, c’est qu’il a surfé sur un entre-deux périlleux comme l’avait fait son conseiller Benjamin Stora dans la réalisation de son rapport qui tentait de donner l’illusion d’une grande avancée alors qu’il était incapable de passer le premier palier d’un pardon sincère à l’égard des millions de victimes algériennes.

 

Par le Pr Seddik Larkèche

Professeur des universités, écrivain

(A suivre)

*Auteur de l’ouvrage : Du poison algérien au géni d’une nation, lettre ouverte au Président de la République algérienne (Editions ENA, Paris, 2021).
* Auteur de l’ouvrage : Réponse d’un Algérien au rapport Stora (Editions ENA, Paris, 2021).


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!