Zoubida Assoul Présidente du parti l’Union pour le changement et le progrès (UCP) : Le drapeau amazigh n’est pas en compétition avec l’emblème national | El Watan
toggle menu
mardi, 15 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan15102019





Zoubida Assoul Présidente du parti l’Union pour le changement et le progrès (UCP) : Le drapeau amazigh n’est pas en compétition avec l’emblème national

28 juin 2019 à 9 h 50 min

Zoubida Assoul donne son avis sur l’avenir de la révolution pacifique algérienne. La femme politique, également avocate et ancienne magistrate, répond à ses détracteurs et évoque des questions liées à l’identité et à l’indépendance de la justice.

 

Vous avez menacé récemment de porter plainte contre des personnes qui vous diffament sur les réseaux sociaux. De quoi s’agit-il exactement ?

Le 27 avril dernier, j’ai donné une conférence au Café littéraire d’Aokas (Béjaïa) au sujet de la situation politique et socioéconomique de l’Algérie où un de mes concitoyens m’a posé une question à propos du drapeau amazigh et du drapeau national. Des individus ont pris certaines de mes déclarations et ils les ont déformées. Pourtant, tout le monde sait que Zoubida Assoul respecte le drapeau national qui fait partie des symboles de la souveraineté nationale.

C’est une cabale croisée menée par des individus que je ne saurai identifier, parce qu’ils s’expriment sous des pseudos et de faux profils. Dans ma réponse à la question de mon concitoyen à Aokas, à aucun moment je n’ai parlé de changement du drapeau national par un autre drapeau, et à aucun moment je n’ai porté atteinte à l’islam, la religion de la majorité des Algériens.  Mais certains sont allés plus loin que cela. Ils ont même dit que Zoubida Assoul veut changer l’appellation de la République algérienne démocratique et populaire.

La conférence en question est enregistrée et toute personne qui veut l’écouter, pourra se rendre compte que je n’ai jamais dit cela. Je suis profondément démocrate, je respecte les personnes qui ne partagent mes idées ou ma façon de voir les choses. Mais je ne permettrai pas qu’on touche à ma dignité, à mon honneur et à ma probité intellectuelle. Je ne permets à personne de m’insulter ou de me diffamer, parce que la liberté d’expression ne signifie pas l’insulte et la diffamation. Or, si vous regardez sur les réseaux sociaux, j’ai été vraiment injuriée. Il est donc de mon droit le plus absolu de déposer plainte devant la justice pour diffamation, même si la majorité des gens qui me calomnient n’ont pas eu le courage de révéler leur identité.

De nombreux manifestants ont été mis sous mandat de dépôt pour port du drapeau amazigh, après un discours du chef d’état-major de l’armée. Pourtant, les magistrats, du moins une partie d’entre eux, ont affiché leur soutien à la révolution pacifique. Ils ont même réclamé ouvertement l’indépendance de la justice

D’abord, je suis vraiment triste de devoir alimenter une fausse querelle. Les Algériens ont prouvé depuis le 22 février 2019 qu’ils forment un peuple uni. Le peuple a prouvé que ses revendications sont éminemment politiques et réclame la rupture avec le système actuel et la construction d’un Etat de droit. Le peuple veut sortir du pouvoir personnel qui nous a conduits à la dictature, au totalitarisme et à l’exclusion. Le pouvoir, incapable de gérer cette phase de passage d’un système vers un autre, essaye de faire diversion. Et il faut rappeler que le drapeau amazigh a été toujours brandi depuis le 22 février et il n’y a jamais eu de problème. J’ai moi-même participé à des marches où il y a eu le drapeau amazigh aux côtés du drapeau national. Le drapeau amazigh n’est pas en compétition avec le drapeau national. L’amazighité est notre identité et la culture et la langue amazighes sont  constitutionnalisées et Yennayer est devenu un jour férié officiellement. Donc, aujourd’hui, quand on porte un drapeau qui symbolise cette identité et qu’on nous met en prison, c’est quelque chose d’incompréhensible. Et puis, l’article 1 du code pénal stipule qu’il n’y a pas d’infraction, ni de peine ou mesure de sûreté sans loi.

Et l’indépendance de la justice ?

Je l’ai toujours dit, l’indépendance de la justice est un processus, elle ne se décrète pas par une décision, un discours ou une injonction. Pour que la justice soit indépendante, il faut changer beaucoup de choses. La première est de changer la Constitution qui donne la présidence du Conseil supérieur de la magistrature au président de la République qui, lui, représente l’Exécutif alors que la magistrature représente le pouvoir judiciaire. Et il faut aussi modifier le statut des magistrats et les textes qui régissent leur carrière. Et il va falloir changer de nombreux textes de lois ainsi que la politique pénale du ministère de la Justice. Tout cela prendra du temps. En plus, la justice qui était sous l’injonction du pouvoir de Bouteflika depuis 20 ans ne peut pas du jour au lendemain devenir indépendante. Nous avons tous été heureux et nous avons encouragé les magistrats lorsqu’ils sont sortis et ont réclamé l’indépendance de la justice. Ils ont exprimé leur refus de continuer à fonctionner sous les injonctions. Mais entre réclamer l’indépendance de la justice et la réaliser sur le terrain, je pense, objectivement, que c’est quelque chose qui prendra beaucoup plus de temps. Il va falloir qu’on ait d’abord un pouvoir légitime et changer la Constitution, les pratiques et certaines personnes qui ont été toujours là pour exécuter les instructions du pouvoir en place.   

De nombreux manifestants de vendredi disent que «Yetnahaw ga3» concerne aussi les juges…

Il y a des magistrats et des… magistrats. Normalement, les magistrats du siège devraient être indépendants alors que les magistrats du parquet sont, statutairement, dépendants du ministère de la Justice. Et bien sûr, il existe des magistrats honnêtes qui ont la volonté de se libérer et qui ne répondent qu’à la loi et à leur conscience.

Comment voyez-vous l’avenir de cette révolution pacifique (ou hirak) ?

Je pense que les Algériens qui sortent chaque vendredi depuis plus de 4 mois sont déterminés plus que jamais à en finir avec ce système, pour aller vers la construction d’un Etat de droit. Cela ne peut pas se faire du jour au lendemain, c’est aussi un processus. Le peuple a compris qu’on ne peut avoir de véritable transition avec les mêmes personnes qui ont amené le pays à cette situation de blocage politique et de régression socioéconomique. Le peuple demande le départ du gouvernement Bedoui et du chef de l’Etat par intérim Bensalah. Ce dernier devrait, du point de vue constitutionnel, partir le 9 juillet prochain.

Le peuple demande aussi à l’armée de servir d’accompagnateur, de facilitateur, dans cette période de passage d’un système politique en faillite vers un système politique transparent, pour aller vers un Etat basé sur le pouvoir des institutions et non sur le pouvoir des hommes. D’ailleurs, nous sommes en train de travailler, en tant que politiques, pour unir toutes nos forces. Demain (l’interview a été réalisée le mardi 25 juin), il y aura la réunion du pôle démocratique, avec le FFS, le RCD, l’UCP et d’autres partis politiques et la société civile pour proposer ensemble une feuille de route de sortie de crise.

Mais, vu le degré de déliquescence des institutions de l’Etat, il va falloir aller vers un dialogue très profond auquel prendront part l’ensemble des partis politiques, la société civile et les représentants de la révolution (que je n’appelle jamais le hirak). Toutes les parties sont appelées à débattre de la feuille de route qui permettra d’assainir la situation avant d’aller aux élections. Parce qu’on ne peut pas aller aux élections avec les mêmes lois, les mêmes hommes et les mêmes pratiques. Nous ne voulons pas arriver aux mêmes résultats obtenus dans le passé. Notre révolution ne vise pas le changement d’hommes, mais le changement du système. Les figures du régime doivent partir, certes, mais cela ne suffit pas. Car le système est un ensemble de règles, de loi et de pratiques.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!