Abdelaziz Djerad à l’adresse du personnel de la santé à Blida : «Vous êtes l’armée sanitaire de l’Algérie» | El Watan
toggle menu
mardi, 07 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Abdelaziz Djerad à l’adresse du personnel de la santé à Blida : «Vous êtes l’armée sanitaire de l’Algérie»

31 mars 2020 à 10 h 09 min

«L’Etat assurera tous les moyens de prévention et de protection à l’ensemble des personnels de santé», a déclaré le Premier ministre, hier à Blida, la ville la plus durement touchée par la pandémie de coronavirus.

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a assuré, hier depuis Blida, que «l’Etat assurera tous les moyens de prévention et de protection à l’ensemble des personnels de santé».

Selon l’APS, après avoir pris connaissance des conditions de prise en charge des personnes atteintes de coronavirus au nouveau service de réanimation de l’hôpital Frantz Fanon et observé une minute de silence à la mémoire des  personnes décédées – dont le conducteur d’ambulance de l’hôpital de Boufarik et le Pr Si Ahmed El Mehdi décédé hier matin – M. Djerad a souligné que «l’Etat assurera tous les moyens de prévention et de protection aux personnels de santé».

Affirmant que les praticiens spécialistes de chaque wilaya seront dotés de tous les moyens, il a ajouté, selon la même source, que «la préservation de la sécurité et de la santé des personnels de santé publique et privée est non seulement une nécessité, mais également un axe principal dans la stratégie de l’Etat face à la pandémie de coronavirus».

Le Premier ministre, qui était accompagné des ministres de l’Intérieur et des Collectivités locales et de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, respectivement Kamel Beldjoud et Abderrahmane Benbouzid, a exprimé ses remerciements et ses encouragements à tous les personnels de santé qui luttent, avec force et détermination, pour protéger les citoyens et sauver des vies.

«Vous êtes réellement l’armée sanitaire de l’Algérie qui, grâce à Dieu, vaincra cette pandémie», a-t-il déclaré à tous les  personnels de santé, les exhortant à faire preuve de nationalisme qui n’a d’égal, a-t-il dit, que «le professionnalisme des membres du corps médical, privé et public, pierre angulaire de notre système sanitaire».

«Je peux vous affirmer, sans exagération aucune, que vous êtes les lignes de défense du système de santé dans notre pays», a-t-il lancé aux professionnels de santé, affirmant que l’Algérie a besoin de leur détermination et de leur dévouement pour faire face à cette pandémie.

Le ministre de la Santé à l’hôpital de Boufarik : «Saisissez-moi officiellement»

A ce propos, le Premier ministre a transmis aux professionnels de  santé un message du président de la République : «Nous sommes à vos côtés. Continuez votre travail jusqu’à la fin de cette crise (…) ne croyez pas que nous vous avons oubliés, loin s’en faut. Vous avez un ministre issu de la corporation médicale et la communication sera directe entre vous et lui, le Premier ministre et le président de la République.»

Vêtu d’une combinaison de protection, le Premier ministre a prononcé, hier matin au chu de Blida, un discours qualifié de «langue de bois».

Le «tout-va-bien» n’a pas été apprécié par le personnel de santé, qui dénonce : «Il se permet une combinaison de protection alors qu’on n’a pas ce luxe dans nos services. Plusieurs médecins ont été déclarés positifs au coronavirus faute de moyens de protection…»

Par ailleurs, la fermeture des accès à l’hôpital a pénalisé les médecins et infirmiers, à assurer leur travail dans les temps.

Le ministre de la Santé, accompagnant la délégation officielle, a visité l’hôpital de Boufarik, où il a été interpellé par le personnel à propos de leurs conditions de travail. «Nous manquons de moyens de protection et notre santé est menacée», ont insisté des médecins et infirmiers.

Le responsable de la cellule corona a saisi l’occasion de la présence du ministre de la Santé pour dénoncer ce qu’il qualifie de «démission flagrante» du chef de l’unité infectiologie en ces moments difficiles et son laxisme. «Il nous cache beaucoup de choses et nous travaillons sans transparence.

C’est pour cela qu’on demande son écartement de l’hôpital. Lors de la crise du choléra, il était en pèlerinage à La Mecque et monopolisait la gestion de cette épidémie par téléphone», a-t-il lancé.

M. Benbouzid, faisant face à un brouhaha de revendications, a appelé le personnel de le saisir officiellement à travers des écrits explicatifs et détaillés.

«Et c’est partir de là que je prendrai les décisions nécessaires», a-t-il insisté, ajoutant : «Ce n’est pas à travers des rassemblements à l’hôpital ou devant son portail que vos problèmes seront réglés.

En plus, cela pénalise le bon fonctionnement de l’établissement et le clochardise. Soyez professionnels, saisissez-moi officiellement et je vous promets que je prendrai en charge vos revendications, pourvu qu’elles soient fondées.» 


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!