Une session du Conseil national du RCD interdite : Le parti dénonce une «remise en cause du pluralisme» | El Watan
toggle menu
mardi, 27 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Une session du Conseil national du RCD interdite : Le parti dénonce une «remise en cause du pluralisme»

24 septembre 2020 à 11 h 30 min

Le RCD dénonce, dans un communiqué rendu public hier, une «remise en cause du multipartisme». «La remise en cause du multipartisme se confirme.

En effet, la réunion statutaire du conseil national du RCD, programmée pour demain, vendredi 25 septembre 2020, à l’hôtel El Riadh, vient d’être officiellement interdite par le gouvernement. Cette interdiction d’une réunion de la direction nationale du RCD est une première depuis la création du parti», souligne le communiqué. Le parti de Mohcine Belabbas, qui accuse le gouvernement d’être derrière cette interdiction, parle d’une décision qui met des «entraves au débat dans la société» et un choix de la «politique du pire».

«Par cette attitude de vouloir mettre des entraves au débat dans la société, y compris à l’intérieur des structures des partis, le pouvoir semble avoir choisi la politique du pire. Le RCD dénonce cet état de fait et assure ses militants et, au-delà, toutes les Algériennes et tous les Algériens qui se battent pour l’avènement de la démocratie, de son engagement sans faille contre tous les autoritarismes», martèle le parti. Le RCD a précisé dans son communiqué qu’après un accord préalable de la direction de la structure hôtelière (El Riadh (Staouéli, Alger) en date du 2 septembre 2020, le parti a déposé une demande de tenue de sa session du conseil national auprès de l’administration de la wilaya d’Alger, en date du 9 septembre.

Dans le courrier adressé au parti, le directeur de la réglementation et des affaires générales (DRAG) de la wilaya d’Alger a précisé que la tenue de cette «réunion publique» à la salle de conférences de l’hôtel El Riadh, à l’ouest de la capitale, n’est pas autorisée, sans motiver la décision, comme nous pouvons le constater dans le fac simili publié par le parti dans ses pages sur les réseaux sociaux. La décision de l’administration de la wilaya ne manque pas d’étonner, d’autant plus que des partis politiques et des associations ont pu organiser normalement leurs activités organiques.

Alors que l’interdiction des réunions publiques et des rassemblements en raison du risque de propagation de la Covid-19 est normalement en vigueur, des partis (FLN, RND, FFS) et des organisations de la société civile ont été autorisés à tenir leurs activités dans des salles fermées (CIC, hôtels, etc.) Des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient que les participants n’avaient aucunement respecté la distanciation sociale, comme l’exige la réglementation.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!