Tribunal d’El Affroun (Blida) : Une cinquantaine de radiés de l’armée condamnés | El Watan
toggle menu
samedi, 21 mai, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Tribunal d’El Affroun (Blida) : Une cinquantaine de radiés de l’armée condamnés

26 décembre 2020 à 10 h 48 min

Arrêtés lundi et mardi derniers à Beni Merad (Blida), une cinquantaine de radiés de l’Armée nationale populaire ont été jugés jeudi dernier par le tribunal pénal d’El Affroun, dans la wilaya de Blida. Selon nos sources, 14 parmi eux ont écopé d’une peine d’un an de prison ferme, tandis que 36 autres ont été condamnés à une année de prison avec sursis.

Les inculpés ont été poursuivis pour «attroupement non armé» et «atteinte à l’ordre public», indique le porte-parole de la coordination des radiés, Farouk Skaknia, ajoutant que «11 autres camarades ont été placés sous mandat de dépôt et seront jugés cette semaine».

Interpellé à Bouira, le président de la coordination, Chamekh Aïssa, a été condamné mercredi à un an de prison par le tribunal de Mila pour «incitation à attroupement» et «exercice d’activités au nom d’une organisation non agréée», a précisé un de ses avocats, Ayadi Mohamed, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.

«Son dossier est vide et les accusations retenues à son encontre sont infondées. Aïssa mérite la relaxe, mais nous avons confiance en la justice et j’espère que ce jugement sera annulé en appel», a-t-il souhaité.

Ces condamnations ont été vivement dénoncées par les radiés. «Le coordinateur national a été interpellé, alors qu’il se dirigeait vers Alger pour calmer les esprits» suite aux affrontements ayant opposés les radiés aux forces de l’ordre à Beni Merad. «Aïssa était contre l’action de Beni Merad. En plus, pourquoi l’accuser d’incitation à attroupement, alors qu’il a été arrêté à plus de 100 km du lieu du sit-in ?» appuie Farouk Skaknia.

Notre interlocuteur accuse «certaines parties de faire dans la manipulation à l’effet de diviser les radiés et les pousser à la dérive».

«La plupart des membres de la direction nationale étaient contre l’action de Beni Merad. Nous avons obtenu des engagements des hautes autorités du pays quant à la prise en charge de nos doléances. Nous devons attendre au moins le retour du Président pour leur rappeler nos revendications et décider des actions à mener à l’avenir», a-t-il conclu.

Les radiés, au nombre de 95 000 à l’échelle nationale, réclament leurs droits à une pension de retraite et autres indemnités à la hauteur de leurs sacrifices. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!