Une agence de communication est mise à l’index : Des Algériens soupçonnent une «contre-révolution» sur la Toile | El Watan
toggle menu
mardi, 19 janvier, 2021
  • thumbnail of elwatan22112020




Une agence de communication est mise à l’index : Des Algériens soupçonnent une «contre-révolution» sur la Toile

23 mars 2019 à 9 h 07 min

Le pouvoir en place mène-t-il une «contre-révolution» sur les réseaux sociaux ? Des accusations ont été exprimées ces derniers jours par des internautes, notamment des militants, qui soupçonnent une campagne de déstabilisation du «mouvement populaire», sur la Toile, en usant d’attaques contre certaines personnalités et des pages Facebook qui se prononcent contre le régime, ou en faisant la promotion de mots d’ordre qui risquent de semer le doute et des créer des clivages parmi les manifestants.

Vrai ou faux, personne ne peut l’affirmer avec certitude. Néanmoins, c’est l’agence de communication Innomedia-Novasup, d’Ahmed Karim Benmansour, neveu de Abdelaziz Bouteflika, et Ryad Oussedik, qui est au centre de cette polémique. Si l’on en croit ces informations, ladite agence aurait recruté des informaticiens pour s’acquitter de cette tâche au profit du clan présidentiel. Des détails ont même été donnés.

Il est question de deux antennes d’opération, l’une en Algérie et l’autre au Luxembourg. L’objectif n’étant que de mener une campagne sur les réseaux sociaux, en créant de faux profils et de fausses pages pour semer le doute chez les manifestants, en jouant sur la peur des gens et en lançant des «fake news» susceptibles de démobiliser les citoyens. Si Ryad Oussedik, gérant de l’agence en question n’a pas réagi jusque-là – il compte le faire dans les quelques jours à venir, comme il nous l’a signalé hier –, son père Hamid Oussedik a tenu à démentir ce qu’il considère être de l’«intox» et de la «diffamation». «Des salonnards, démocrates de la 25e heure, ne reculent pas devant le mensonge, l’intox, la diffamation, voire l’infamie, en annonçant la présence de mon fils Ryad Oussedik au Luxembourg pour s’attaquer aux réseaux sociaux opposants au régime actuel». «Avant ce jour, une multinationale connue dans le secteur de la communication et de la publicité et un milliardaire véreux ont utilisé contre lui, en 2018, une officine basée à Paris», a-t-il encore ajouté.

Hamid Oussedik est formel : son fils ne s’impliquera jamais dans une telle opération. «Pur mensonge, intox et diffamation, la famille Oussedik n’a jamais flirté avec le mercenariat et la trahison, avant, pendant et après l’indépendance. Nous sommes fiers de Ryad autant que ses amis et tous ceux qui l’ont approché», a-t-il lancé à ce propos.

En tout cas, ce qui est certain, c’est que les informations contradictoires, les attaques contre des personnalités et autres «fake news» laissent beaucoup d’Algériens penser qu’il y a une volonté délibérée de porter atteinte au mouvement via les réseaux sociaux.

Certains soupçonnent même des «attaques» venant de l’étranger. Mais la colère des Algériens envers le «système» est telle que la création de faux profils ou fausses pages a peu de chance d’influer sur le cours des événements.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!