Assurance au profit du personnel du secteur de la santé : Un million de dinars en cas de décès par la Covid-19 | El Watan
toggle menu
jeudi, 24 septembre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Assurance au profit du personnel du secteur de la santé : Un million de dinars en cas de décès par la Covid-19

06 août 2020 à 10 h 11 min

Une convention-cadre sera signée entre le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et le ministère des Finances dans les prochains jours.

Le personnel du secteur de la santé, soit un effectif de 266 113 personnes, bénéficiera désormais d’une assurance offrant des garanties de prévoyance et une complémentaire santé et d’assistance à la personne, aussi bien médicale qu’à domicile.

Une souscription auprès de CAAR assurée par Caarama Assurance, filiale de la compagnie spécialisée en produits et services d’assurance de personne, fixée à 3500 DA par mois, pour un capital de 2 000 000,00 DA par personne et par mois. La décision a été prise lors de la dernière réunion du Conseil des ministres.

Prise en charge par la présidence de la République, cette assurance a été mise en place dans le cadre de la prévention et de la lutte contre le coronavirus (Covid-19), au profit des personnels du secteur de la santé, directement exposés aux risques de contamination.

L’exposé portant les conditions et sa mise en œuvre a été présenté, lors de cette réunion, par le ministre des Finances, qui active pour son application immédiate. Le décret exécutif définissant les conditions de souscription et les modalités d’application sera publié incessamment. Ainsi, les employés du secteur de la santé ouvrent droit à travers cette assurance à trois produits sans rien payer.

Il s’agit en premier lieu d’une garantie de prévoyance qui assure un capital de 2 000 000,00 DA. «En cas de décès par la Covid-19, un capital décès majoré à un million de dinars sera versé au proche de l’assuré», nous confie une source au fait du dossier. Et de signaler que cette assurance garantit également les frais médicaux, pharmaceutiques et l’hospitalisation dans des structures privées.

Ainsi, tous les examens d’exploration, analyses médicales, radios, scanners et interventions chirurgicales intervenus en dehors de l’hôpital seront pris en charge par l’employeur. «C’est une sorte de mutuelle souscrite par des établissements de santé au profit du personnel à la charge de l’Etat», ajoute notre source.

Cette assurance offre aussi une assistance à ce personnel du secteur de la santé, notamment le transport médical, les évacuations et soins à domicile. Pour ce faire, une convention-cadre sera signée entre le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et le ministère des Finances dans les prochains jours pour finaliser cette opération.

Laquelle nécessite, par ailleurs, la signature des conventions entre la société d’assurance Caarama et les 600 établissements de santé publique à travers le territoire. «Une formule qui est en réflexion sera adoptée pour représenter l’ensemble de ces structures hospitalières qui sera signataire de la convention avec Caarama», signale notre source.

A noter que les médecins étudiants, c’est-à-dire les résidents, ne sont pas concernés par cette assurance. «Leur statut ne le permet pas pour le moment. Ils sont plutôt sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur», nous explique-t-on. Nul n’ignore que la charge de travail dans les hôpitaux tombe généralement sur ces résidents.

Cette décision de l’Etat de souscrire une assurance à tout ce personnel, qui est en première ligne depuis des mois, vient comme une reconnaissance à son engagement et son abnégation en ces temps dur de pandémie, et aidera peut-être à revoir le statut des médecins résidents longtemps malmenés, en leur donner la place qu’ils méritent. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!