Feux de forêt et pénuries d’eau : Tizi Ouzou, la wilaya la plus touchée | El Watan
toggle menu
vendredi, 03 décembre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Feux de forêt et pénuries d’eau : Tizi Ouzou, la wilaya la plus touchée

03 août 2020 à 10 h 04 min

Les incendies ont provoqué une atmosphère insupportable. Les éléments de la Protection civile ont eu recours à des hélicoptères pour venir à bout de plusieurs feux de forêt.

Ces derniers jours, la chaleur est suffocante dans la wilaya de Tizi Ouzou, en raison des dizaines d’incendies qui ont ravagé des centaines d’hectares de couvert végétal et de broussailles.

Les villageois vivent un véritable calvaire. Leurs bourgades sont souvent cernées par les flammes qui menacent les habitations. D’ailleurs, en fin de semaine dernière, les éléments de la Protection civile ont eu recours à deux hélicoptères pour venir à bout d’un important feu de forêt à Larbaâ Nath Irathen.

Des incendies dévastateurs ont été signalés aussi dans d’autres localités, comme Aïn Zaouia, où une bonne partie de la forêt de Boumehni a été  ravagée par le feu. Les habitants des communes d’Abi Youcef, Yakouren, Idjer, Aït Aissa Mimoun, Aït Boumehdi, Aït Chafaâ, Bouzeguène, Illilten, Aït Agouacha et Ouacifs, entre autres, ont connu une fin de semaine des plus difficiles. Et pour cause, les feux de forêt ont provoqué une atmosphère insupportable.

Les villageois ont, d’ailleurs, pris leur courage à deux mains, pour maîtriser les flammes et porter aide aux sapeurs-pompiers engagés dans une pénible action pour éteindre le feu.

La mission des éléments de la Protection civile n’est pas, d’ailleurs, une sinécure, compte tenu du nombre important d’incendies à travers les quatre coins de la wilaya. «Les citoyens ont toujours appuyé l’intervention des pompiers et de la colonne mobile de la Protection civile pour l’extinction des incendies», nous a-t-on précisé, tout en citant l’exemple des Ouadhias. Là, la mobilisation des villageois a, d’ailleurs, beaucoup aidé les pompiers à maîtriser un important incendie. Il en est de même à Boghni, Mekla et Tizi Gheniff.

La Fédération des chasseurs de la wilaya de Tizi Ouzou (FCWTO) a aussi lancé un appel à la mobilisation aux côtés des sapeurs-pompiers et des forestiers. «Pour préserver la faune et la flore contre toutes les formes de dégradation, notamment le fléau des incendies en cette saison, et qui ont pris des proportions inquiétantes, nous vous invitons à vous organiser, chacun à son niveau, afin de prêter main forte aux équipes engagées dans le dispositif d’intervention contre les feux de forêt», lit-on dans l’appel de la FCWTO.

Par ailleurs, selon Youcef Ould Mohand, directeur de la conservation des forêts, 2624 ha de forêt et de broussailles ont été détruits par les incendies depuis le début de la saison estivale.

Notons aussi que les feux de forêt qui se sont déclarés dans la région ont provoqué une chaleur suffocante durant plusieurs jours. «Nous avons passé des journées infernales. C’est la fournaise partout», nous a confié un citoyen d’Iferhounene. «C’est lorsqu’il n’y aura plus d’arbres qu’on comprendra le rôle de la forêt», ajoute-t-il.

Notre interlocuteur nous parle aussi des perturbations du réseau d’électricité qui ont touché plusieurs communes. Le calvaire des villageois ne s’arrête aucunement à ce stade, puisque les pénuries d’eau potable figurent parmi les problèmes des populations de la wilaya, en ces journées caniculaires. Les robinets sont souvent à sec.

«Nous n’avons même pas d’eau dans les robinet pour éteindre le feu qui menace nos habitations. Nous avons été obligés de puiser de l’eau des citernes que nous achetons pour les besoins des foyers, en cette période de chaleur», nous a déclaré un père de famille. Effectivement, la question des pénuries de ce liquide précieux revient avec acuité en cette période estivale.

D’ailleurs, les citoyens manifestent toujours leur ras-le-bol devant cette situation qui perdure. Dernièrement, les habitants de Bouzeguène, à 60 kilomètres à l’est du chef-lieu de wilaya, ont protesté devant la direction des ressources en eau, et la population de Frikat, à 50 kilomètres au sud-ouest de Tizi Ouzou, a carrément fermé le siège de la daïra de Draâ El Mizan pour réclamer de l’eau. Ainsi, les villageois sont cernés entre les feux de forêt, les pénuries d’eau et les perturbations du réseau d’électricité.  


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!