Tipasa : Protesta pour l’Indépendance du pays | El Watan
toggle menu
mercredi, 13 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan13112019


Tipasa : Protesta pour l’Indépendance du pays

19 octobre 2019 à 10 h 11 min

L’idée de se regrouper un vendredi au chef-lieu de la wilaya s’affirme de plus en plus chez les encadreurs du hirak des localités de Hadjout, Tipasa et Cherchell.

Ils prévoient des contacts avec leurs compatriotes des autres communes pour aboutir à une manifestation pacifique à Tipasa, mais surtout pour consolider les liens entre les manifestants et les déçus des communes de la wilaya, un territoire éclaboussé par les scandales de dilapidation des fonciers publics, la corruption et les détournements. «Nous tenons à être présents tous les vendredis quel que soit le nombre des citoyens, déclare Mohamed, nous continuons à battre le pavé en ce 35e vendredi pour l’idéal de nos enfants et nos petits-enfants, afin d’intaurer la gestion transparente des affaires publiques locales et la démocratie dans notre pays, revendiquer une justice au sens propre du terme, équitable, et pour que les symboles du système disparaissent, enfin la justice devra les juger pour qu’ils rendent compte de leurs actes», conclut notre interlocuteur retraité. Les citoyens ont pris l’habitude de se rencontrer la veille de la manifestation du vendredi et se réunir après la marche pacifique hebdomadaire afin de faire le point de leurs actions.

«Les traîtres veulent vendre le pays !» «Libérez nos enfants détenus !» «Libérez Bouregâa !» «Dawla madaniya, machi âaskariya !» «Pas d’élections avec le gang !» «Dégagez tous !» «Silmiya, silmiya !» «Le peuple revendique l’Indépendance !» tels sont quelques slogans qui fusaient de la marée humaine.

Des citoyens ont fait circuler la fréquence de hirak.tv, nouveau média suivi par les familles algériennes, afin de permettre aux citoyens de s’informer de ce qui se passe dans les autres villes du pays. «Dans la wilaya de Tipasa, nous regrettons l’absence de la presse, nous dira un manifestant. Seul votre quotidien nous accompagne depuis le 22 février.» «Pourquoi refusent-ils la couverture médiatique de nos manifestations du vendredi ?» s’interroge-t-il, avant de rejoindre en courant la procession qui a démarré pour «vendredire». La protesta se perpétue à Tipasa. Les manifestants semblent bien suivre l’actualité relative à la loi de finances, celle sur les hydrocarbures et les arrestations de leurs compatriotes avant, pendant et après chaque manifestation.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!