toggle menu
mercredi, 21 novembre, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018

Tébessa : Le débordement de l’oued Nagues provoque des dégâts considérables

14 septembre 2018 à 0 h 29 min

Les fortes chutes de pluie qui se sont abattues, dans l’après-midi de mercredi, sur la ville de Tébessa, atteignant les 50 mm, ont provoqué le débordement de l’oued Nagues, causant d’importants dégâts matériels et la fermeture de plusieurs axes routiers.

Plusieurs personnes ont été blessées, des maisons ont été envahies par la boue et des affaissements ont été enregistrés. Un enfant de 5 ans a été emporté par les crues. Il a été retrouvé mort à 2 km du domicile parental. Plus de 80 véhicules ont été endommagés.

La ville s’est transformée en un véritable bourbier. Tous les axes routiers ont été envahis par la boue. Les avaloirs destinés à recueillir les eaux pluviales, raccordés au réseau des eaux usées, ont débordé, inondant les quartiers de la Zaouia et Chouhada.

Une partie du quartier Oued Nagues a été envahie par des pierres, des branches d’arbres et des ordures ménagères charriées par les eaux en furie, submergeant pratiquement toutes les maisons se trouvant près de l’oued. Le bilan provisoire, communiqué hier par les autorités, risque de s’alourdir, surtout que la radio locale a annoncé d’autres précipitations pour les prochains jours.

Une cellule de crise a été installée au siège de la wilaya. «La situation est presque maîtrisée», a déclaré, hier, le wali de Tébessa, lors d’une conférence de presse. Hier, l’inspecteur général du ministère des Ressources en eau a été dépêché pour évaluer les dégâts.

Plusieurs équipes d’intervention, de sauvetage et des plongeurs de la Protection civile des wilayas de Souk Ahras, Khenchela, Oum El Bouaghi et Constantine ont été appelés en renfort et s’emploient à rechercher d’éventuels disparus.

Les torrents qui ont déferlé sur la ville de Tébessa causant des dommages matériels ont mis à nu la fragilité des infrastructures, notamment le projet de la protection de la ville contre les inondations, qui a englouti plus de 7 milliards de dinars.

Outre les dégâts enregistrés, plusieurs voix se sont élevées, hier, dont celles d’anciens députés rencontrés sur les lieux sinistrés, demandant où en sont les mesures prises par le gouvernement, rappelant les intempéries du mois d’octobre 2009 où plusieurs infrastructures de base avaient été détruites par les eaux.

Ils lancent un appel au chef de l’Etat pour intervenir et demander des comptes et des explications sur les projets réalisés jusque-là. Hier, des citoyens rencontrés à Oued Nagues et à Diar Chouhada se sont plaints des dysfonctionnements du plan Orsec mis en place, d’autant plus qu’ils n’ont pas été pris en charge.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!