Tahar Hadjar réunit les directeurs des œuvres universitaires : «Les cités U ne sont pas des internats» | El Watan
toggle menu
mardi, 19 mars, 2019
  • thumbnail of elwatan20190319

Tahar Hadjar réunit les directeurs des œuvres universitaires : «Les cités U ne sont pas des internats»

19 février 2019 à 10 h 50 min

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique s’est réuni, hier, avec les directeurs des œuvres universitaires afin de prendre en charge le volet sécuritaire au sein des cités U.

Une rencontre qui intervient suite à la colère suscitée dans le milieu estudiantin par l’assassinat de Assil Belalta, étudiant en médecine, dans sa chambre, à la cité universitaire Taleb Abderrahmane 2 de Ben Aknoun. Lors de cette réunion, Tahar Hadjar a insisté sur l’obligation d’activer les différents dispositifs internes de sécurité dans les cités universitaires. Une déclaration qui sous-entend une confirmation des déclarations des étudiants quant aux failles dans les systèmes de sécurité. «Les cités universitaires ne sont pas des internats.

C’est la raison pour laquelle il faut activer les dispositifs sécuritaires disponibles, respecter les instructions et la mobilisation de tous les moyens susceptibles de garantir la sécurité des étudiants résidents», a déclaré le ministre, avant d’appeler les directeurs à instruire les agents chargés de la sécurité des résidences au respect rigoureux des procédures d’inscription de l’ensemble des visiteurs, tel qu’il se fait dans les administrations et les établissements, tout en dotant ces cités de caméras de surveillance.

Il a rappelé dans ce sens la convention signée en 1998 entre les directions des œuvres universitaires et les organisations estudiantines régissant la relation entre les étudiants résidents. La convention stipule que chaque étudiant a le droit de recevoir des personnes, les membres de sa famille ou autres, dans la cité où il réside.

Pour le premier responsable du secteur, l’assassinat du jeune Assil n’est pas un phénomène nouveau. Le changement, pour lui, est la «rapidité» de la circulation de l’information, notamment sur les réseaux sociaux. «Des moyens de communication qui sont souvent utilisés pour ternir l’image du pays à la veille d’un scrutin présidentiel en amplifiant ce qui se passe dans tous les secteurs, dont celui de l’enseignement supérieur», relève le ministre, qui pointe du doigt les médias qui, selon lui, ont relayé des informations inexactes sans aucune authentification.

Tahar Hadjar a avoué que le niveau des discussions avec les organisations estudiantines était loin de répondre aux questions qui préoccupent le milieu universitaire. C’est pourquoi il a appelé les directeurs des œuvres universitaires à ouvrir les portes du dialogue avec ces partenaires sociaux, en plaçant la question de la sécurité comme point essentiel. Rappelons que le meurtre du jeune Assil Belalta, survenu le 10 février, a suscité une vague de colère et d’indignation, au point où les étudiants ont tenu des sit-in et des manifestations, notamment à la faculté de médecine d’Alger et à Bordj Bou Arréridj.

Le présumé assassin a été arrêté vendredi dernier. Il a été présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Raïs, puis mis sous mandat de dépôt.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!